Le déni de la posture de victime et son portrait robot ! • Change Ta Perception ≫ Guérir de son parcours flamme jumelle.
Extraits de livres > Le déni de la posture de victime et son portrait robot !

Le déni de la posture de victime et son portrait robot !

Au cours de cet article, nous allons voir le “profil type” d'une victime dans une relation toxique, mais également la posture de déni, c'est-à-dire, le fait que la victime ne veuille pas se voir ou considérer ou se reconnaitre comme une victime.

Ici il faut comprendre quelques nuances. Dans le triangle de Karpman nous avons le sauveur, le bourreau et la victime et généralement on voit la victime comme étant une personne sous le joug d'un manipulateur, d'un abuseur, mais la posture de victime peut aussi être dû à l'impuissance de Marie à faire changer la dynamique relationnelle.

⇢ Elle tente de faire le bourreau : rien ne change.
⇢ Elle tente de faire le sauveur : rien ne change.

Par conséquent, Marie se retrouve dans la posture de victime, non pas car elle es sous le joug d'un agresseur, mais parce que malgré ses efforts, elle se retrouve impuissante à changer la dynamique relationnelle et a avoir ce qu'elle veut.

Mais on peut aussi avoir l'assemblage des deux : Marie dans une relation toxique, sous le joug d'un abuseur et qui, malgré ses efforts, se retrouve dans l'impuissance à faire changer la dynamique relationnelle.

La posture de victime peut  être le résultat d'une situation et pas forcément le fait de jouer la victime avec le discours et comportement qui va avec. Par conséquent, Marie peut-être en posture de victime, sans avoir l'impression d'être la victime et/ou sans vouloir reconnaître être la victime.

Ceci dit, ici on va parler du cas ou Marie est dans une relation toxique avec Marc (désolé pour les Marc LOL) et qui “subit” un comportement inadéquat, dysfonctionnel de la part de Marc. Marie tente alors de tout faire pour que la relation change, mais n'y arrivera pas.

Marie se retrouvera dans “double posture de victime” :

⇢ Sous le joug d'un comportement abusif,
⇢ Dans l'impossibilité de faire changer la dynamique relationnelle.

Le texte que je vais recopier ici, provient du Psychanalyste Jean-Charles Bouchoux mettant en lumière le “profil de type” de la victime de relations toxiques ainsi que le déni de la posture de victime :

Existe-t-il une victime type ?

“Christophe carré, auteur d'un livre sur les manipulateurs, nous propose des traits communs aux victimes de manipulateurs :

La victime est souvent généreuse, sincère, aimable et ouverte aux autres.

Elle a d'emblée confiance dans la relation, mais fait preuve de naïveté. Elle manque de confiance en elle, est à la recherche d'une relation qui l'aide à se structurer. Elle se montre excessivement empathique et responsable.

Elle est protectrice, aime, console, rassure. Elle accepte la critique et culpabilise facilement. Elle renonce volontiers à son esprit critique, à son autonomie et sa dignité. Elle veut toujours faire plaisir et donner le meilleur d'elle-même , elle accepte de se soumettre ; s'illusionne et persiste dans son investissement affectif.

Elle est souvent fière, orgueilleuse et refuse de voir la réalité en face : elle se ne perçoit pas comme une victime.

Dans certains cas, les victimes ont un penchant masochiste (blessure d'humiliation). Elle recherchent volontairement douleur et humiliation auprès de la personne toxique.”

Oser détester

La victime, cherchant à être bonne, souvent, n'osera pas exprimer sa détestation, car “ce n'est pas beau“, ce n'est pas conforme à une bonne image. Alors, à l'instar du partenaire toxique, la victime procédera à un déni et, incapable de projeter autre chose que de beaux sentiments, retournera sa haine contre elle-même, devenant son propre bourreau pour protéger l'autre ainsi que sa propre image.

Il n'est pas rare de voir des victimes de partenaires toxiques encore dépressives des années après leur séparation ou leur licenciement. La colère fait partie du processus de deuil. La victime, en ne s'autorisante pas à détester, ne peut pas procéder à un deuil salutaire.

Déculpabiliser la victime de ses sentiments négatifs, lui faire comprendre qu'il peut être normal de détester peut lui permettre d'expulser une part de ses affects en osant reconnaître et exprimer ses sentiments vécus comme négatifs.”

Découvrir les oeuvres de Christophe Carré ici.

Alexis Faure

⛓️‍💥 Expert En Désactivation Des Traumas
🌱 Et Transformation Consciente
🧘‍♀️ EFT ❘ PNL ❘ SDN ❘ MCBT ❘ DTMA
🥂 +6000 coachings réalisés.
🏆 +2.3 Millions de pages lues.
🌀 Se libérer de la souffrance Flamme Jumelle 👉🏻 ici.
🌀 Couper avec les dépendances et addictions 👉🏻 ici.
🌀 En finir avec l'anxiété, les phobies et la dépression 👉🏻 ici.

5 comments

  • Merci !!!! infiniment pour tous vos partages, de connaissances et d’expériences ! C est vraiment très enrichissant! Ça porte à la réflexion et surtout à l expérimentation ce qui fait toute la différence…
    Par “hasard”je vous ai découvert ces derniers jours et .. wooow..
    L impression que cette petite tappe dans le dos est capable de beaucoup.!! ..comme si elle me sortait d une certaine TORPEUR ,EMBOURBEMENT.. créée après toutes ces années( 9ans en tout) le vrai Déclic.. moi qui me croyais libérée j ai appris de vous énormément et surtout cette reprise de pouvoir sur ma vie.. cette autonomie.. cette libération n a pas de prix.. alors encore une fois toute ma gratitude..
    Vous êtes une belle personne ! authentique qui sait transmettre avec passion et humour sans faux semblant,surtout “inconditionnellement”vos acquis.. MERCI D ÊTRE !

  • J’aimerais ajouter, en plus du triangle de Karpman évoqué ci dessus, du gosthing, Gaslighting, et technique de la miette de pain, évoqués ailleurs sur le site, une notion à cet article, qui à mon sens favorise le déni de la posture de victime.

    Recherchez la notion de “pervers narcissique vulnérable” appelé aussi “pervers narcissique introverti” ou encore ” narcissique introverti”.
    Et là…bingo: on est très proche de la description de beaucoup de “runner” que l’on lit dans des commentaires. Mais comme les “chasers” sont dans l’illusion flamme juju turlututu chapeau pointu, à mentaliser à outrance sous prétexte de viser une meilleure version de soi même et la carotte complétude, ils se disent que l’autre est comme ça avec eux parce que c’est un runner. Et hop, quelqu’un de pourtant sain d’esprit et très intelligent de base, entre dans l’engrenage de la croyance Flamme Jumelles avec toutes ses dérives.

    Pour ceux ou celles qui ne se reconnaitraient pas encore dans la posture de victime…Sachez que ce n’est ni honteux, ni négatif, mais une première prise de conscience et étape pour vous défaire d’une relation ou d’un concept toxique (ou les 2^^).

    Si l’autre a les comportements qu’on attribuent au PN, sous couvert d’hypersensibilité, de personnalité introvertie etc, et bien, la nuisance sur vous est la même. Qu’il soit ou non un PN ou un runner. Peut importe l’appellation, Il y a des faits, des comportements, POINT.
    C’est le genre à dire “Je suis gentil” (un vrai gentil n’a pas besoin de le claironner puisqu’on le constate de nous même, sur la façon de relationner, traiter les autres, CQFD).
    Vous ne pouvez pas changer les autres. Vous pouvez juste vous changez vous, à commencer par le seuil de vos limites relationnelles dans ce qui acceptable ou non. En fait la réponse est assez instinctive à cette question:
    Cette relation est-elle épanouissante pour moi? Suis-je heureu.x.se dans cette relation?

    Vous vous rendez-compte de tout ce qui a été mis en place de façon plus ou moins visible et pernicieuse pour vous faire perdre votre discernement et ralentir votre véritable processus d’éveil personnel au sujet de tout ça?
    Dans la relation à l’autre:
    -Triangle de Karpman (là vous avez votre responsabilité, donc votre pouvoir), miette de pain, gastlighting, gosting, et perversion narcissique cachée sous un masque d’introversion ou comportements qui y sont associés, ce qui revient au même…
    +
    Toute une communauté sur internet, sortie de nulle part, enfin si, libre traduction et téléphone arabe puisé chez les sectes anglo-saxonnes déjà bien implantées dans le secteur “spirtuel-développement personnel”.

    Il y a un truc formidable je trouve dans cette communauté. Les flammes jumelles seraient très rares, tout le monde le claironne à qui veut l’entendre, ça ajoute un petit côté VIP, élu de la source, mais pourtant, les thérapeutes FJ sont eux très très nombreux Les formations pour se former à leurs méthodes canalisés des guides aussi. Y a pas comme une couille dans le pâté? Tu m’étonnes qu’ils pratiquent des prix délirants à l’heure quand ils sont plus nombreux que leurs potentiels clients. XD Rappel: les FJ sont très rares! Mais le business autour lui est sans limite. OOPS.
    “Runner” et guides autoproclamés FJ même combat:
    https://youtu.be/D1ogRskXQfs

    Personne n’est responsable de rien. Un miette après l’autre pour te faire miroiter des contes de fées ésotériques et te garder sous emprise. L’un pour mettre du baumes sur des failles égotiques béantes, l’autre pour remplir son compte en banque.
    Tenons nous en au faits.
    -Une communauté spirituelle qui a beaucoup de comportements que l’on attribue factuellement aux sectes: N’allez SURTOUT PAS chez un psy qui ne s’auto-proclame pas FJ, des fois qu’il vous éloignerait de l’emprise de la communauté et ses croyances, n’écoutez pas vos proches qui s’inquiètent de voir que le “runner” est toxique pour vous, coupez les ponts avec vos amis/famille, changez de travail, de maison, changez TOUT, dépossédez-vous, et faites moi des dons d’argent car je crée du contenu FJ gratuit (XD).
    -Un “runner” qui a beaucoup de comportements que l’on attribue factuellement aux PN (oui mais introverti alors il faut lui envoyer de l’amour, pauvre chouchou).

    C’est tellement divin, beau, et bienveillant que tout cela. 🙂