À quel moment tu sais avoir guéris de ton parcours FJ ?

C'est une question qu'on me pose très souvent et la réponse est en fait assez simple.

Quand tu as complètement guéri de ce parcours FJ, tu ne penses plus à l'autre. Tu es libre de cette thématique.

Tout comme lorsque tu as complètement guéri de ton envie de fumer, tu ne fumes plus, n'y penses plus, n'es plus tenté par l'odeur de la fumée. Tu es alors libre de cette thématique.

Tu es libre du contrôle et de l'emprise que les pensées ont sur toi (Paraphrase de Bouddha)

Par contre quand tu n'as pas encore fini de guérir…

Ton mental ego te fait encore penser à l'autre, un peu, beaucoup ou passionnément en fonction d'ou tu en es dans ton parcours, et ce, de manière automatique. Il fait cela, car il y trouve un intérêt, il y a une blessure à guérir, un message à comprendre, un bénéfice à la clé (complétude, bien-être…).

Il lance alors automatiquement de pensées, images, sons et sensations physiques sur cette thématique en ressassant le passé et faisant des projections sur le futur.

Maintenant, avoir guéris du parcours FJ, ne veut pas dire avoir tout guéri en toi, car un peu comme des poupées russes, chaque fois que tu retires une couche tu trouves quelque chose d'autre (tu vas le voir dans la suite de l'article…).

Cependant, et ici il faut bien comprendre une chose : beaucoup de gens sont bourrés de théories qui sonnent bien, mais peu ont expérimenté de ce dont ils parlent.

Chaque fois que j'ai entendu quelqu’un parler d'amour inconditionnel dans le parcours FJ, je me suis retrouvé face à une personne qui se tape encore en long en large et en travers des articles et vidéos sur le sujet…

  • Si tu penses être dans l'amour inconditionnel, pourquoi tu penses encore à lui ?
  • Si tu penses être dans l'amour inconditionnel, pourquoi regardes-tu encore des articles sur le sujet ?
  • Est-ce que c'est toi qui te réveilles le matin en planifiant de penser à lui ?
  • Est-ce que c'est toi qui choisis à l'avance quel scénario FJ tu vas ressasser ?
  • Est-ce que c'est toi qui décides quand arrêter de penser à lui et quand relancer la thématique ?

Bien évidemment que non !

Tout ceci se fait automatiquement sans ton consentement.

C'est donc l'inconscient/mental ego qui choisit tout cela et toi tu le vis au quotidien.

Si ton inconscient ne cherchait pas un mieux-être au travers de ce processus et donc si tu avais vraiment guéri, tu n'y penserais plus tout simplement.

Si tu penses encore à l'autre, tu n'as pas fini de guérir.

La petite douille du parcours.

Le problème c'est qu'au départ de ce parcours, tu vis une lune de miel (hyper positive). Ensuite tu fais un tour en enfer (hyper négatif), puis après un certain temps tu commences à aller mieux.

Pour faire simple, on va dire qu'il y a 3 grandes étapes :

Étape 1 : Lune de miel
Étape 2 : Enfer sur terre
Étape 3 : Tu commences à aller mieux.

À l'étape 3, tu arrives alors à une zone assez confortable ou tu penses encore à l'autre MAIS maintenant c'est positif. C'est là que tu vas parler d'amour inconditionnel, de lien FJ incassable et ainsi de suite.

Mais même à cette étape-là, tu penses encore et toujours à l'autre et donc tu n'as pas fini de guérir 🤭. Et c'est bien ce paramètre qui est l'indicateur :

Tu penses encore à l'autre ou pas.

Sauf que maintenant c'est plus positif qu'avant et donc agréable et tu ne voudras pas lâcher ça car tu en as ENCORE besoin. Aussi tu vas t'accrocher à ce sentiment de bien-être sans avoir l'impression que c'est ce que tu fais.

Et pourtant c'est bien ce que tu fais.

Et c'est normal, car maintenant que c'est positif tu veux garder cela en toi (attachement). Et puis surtout, après une petite tournée en enfer, ce sentiment de bien-être est une bouffée d'air frais.

Autrement dit, ce qui motive cet attachement à ce sentiment de bien-être est une peur.

Comment on sait que c'est vrai ?

L'expérimentation c'est ce qui met tout le monde d'accord. Si effectivement on reste dans le monde de la théorie, tout est possible et chacun croira ce qu'il veut, mais on reste au stade de l'imaginaire.

On est alors dans le monde du “je crois que” et pas du “je sais que“. Tu crois pas que la pluie ça mouille, tu sais que ça mouille car tu l'as expérimenté.

Dans 100% des cas traités en libération émotionnelle, il se passe tout le temps la même mécanique.

Et voici quelle est la mécanique :

La personne arrive avec une peur, par exemple :

Peur que son autre le laisse définitivement.

On va alors traiter cette peur pendant un certain temps. Petit à petit elle se met à disparaitre pour laisser la place à un sentiment de bien-être alors que la personne est constamment stimulée avec l'information qui, jusqu'alors, activait cette peur.

Maintenant la personne se sent bien, sourit et dit :

“Écoute, si elle m'abandonne, elle m'abandonne c'est son choix”.

La personne se sent bien, légère, tranquille.

Et c'est là que la personne pense être arrivée à destination, alors qu'en fait pas vraiment… mais on s'y approche.

À ce stade, c'est l'équivalent des 3 étapes racontées précédemment concernant le parcours FJ :

Étape 1 : Lune de miel
Étape 2 : Enfer sur terre
Étape 3 : Tu commences à aller mieux.

Comment on a libéré des couches de cette peur, la personne est à l'étape 3 : elle commence à se sentir mieux. Alors je lui demande si elle est prête à lâcher prise sur ce bien-être et la réponse est toujours la même :

“Non, car si je lâche prise sur ce bien-être, je vais me sentir mal à nouveau”.

Pourquoi cette réponse ?

Car la personne est persuadée qu'il y aura du mal-être à nouveau. Pourquoi en est-elle persuadée ? Car elle écoute et croit les pensées qu'il y a dans sa tête et qui lui disent qu'il y aura du mal-être. Autrement dit, elle donne du crédit à son mental.

Ce “non” est simplement un attachement à ce bien-être.

Pour elle, dire “non”et refuser de lâcher prise sur ce sentiment de bien-être est normal et naturel alors qu'en fait, c'est juste une réponse pilotée par la peur, générée par le mental ego…

Je dis alors à la personne :

  • Tu es sûr que si tu lâches prise sur ce bien-être tu auras du mal-être ?
  • Réponse : oui
  • Comment tu es si sûr d'avoir raison sur ça ?
  • Réponse : Car je le sais.
  • Est-ce que tu es prêt à expérimenter pour voir si c'est vraiment vrai ?
  • Réponse : huh… ouais ?

On recommence alors le processus et la personne tente de lâcher prise sur ce bien-être. La personne sent alors qu'elle atteint encore un autre stade de bien-être puisqu'elle a lâché prise sur la peur qui soutenait ce bien-être.

Je lui dis alors : Du coup, ton mal être il est ou maintenant…?
Réponse : “ahahaha”. 😂

La personne rigole, car elle vient de comprendre qu'elle était persuadée d'un truc complètement bidon…

Comme quoi, la théorie et l'expérimentation, c'est souvent 2 mondes bien différents…

Et c'est ce que j'expliquais dans l'article sur la Reverse de projection. Les programmes du mental te font voir ce qu'ils te font voir, te font dire ce qu'ils te font dire et tu es sûr d'avoir raison même quand tu es à l'ouest cacahuète.

C'est pourquoi Eckhart Tolle parle de vivre dans l'illusion créée par le mental.

La personne était sûre et persuadée qu'en lâchant son bien-être elle vivrait du mal-être. Et pourtant en expérimentant, il arrive exactement l'opposé

La personne était persuadée d'avoir raison, mais sur quelle base expérientielle ?

Sur cette base là :

Plus l'impacte d'une pensée/émotion est forte, plus tu vas avoir tendance à croire
que le message qui vient avec est vrai ou va t'arriver.

Et tout le monde réagit comme ça et c'est normal. C'est ce que l'on appelle l'identification au Mental Ego.

Chaque fois que tu fais ce que la peur te dit,
Tu crois que ce que la peur te dit est vrai,
Tu agis alors en fonction d'une illusion créée par ton Mental Ego.

J'écoute ou j'écoute pas ma peur ?

Un jour j'étais à la terrasse d'un café et je vois une femme magnifique 😍🥰😘🤓🤤. Du coup, j'ai envie d'aller la voir, mais au moment ou ce désir arrive, la peur point son petit museau et me murmure à l'oreille :

Si tu vas la voir, elle va te mettre un vent devant tout le monde et tu vas te taper la honte.

L'intensité de la peur était à 10 et c'est là qu'un choix se propose à moi.

  • Soit je crois que ce que la peur me dit est vrai -> je reste le cul sur ma chaise.
  • Soit je libère cette peur et je suis mon désir initial -> je vais lui parler.

Du coup je choisis l'option 2.

Je libère la peur qui passe de 10 à 2 en 45 secondes et je lui donne mon numéro. Elle me dit gentiment “je suis en couple depuis 5 ans donc ça va pas être possible”. Finalement elle part, je me rassois et voici ce qui s'est passé ensuite.

Car c'est bien la suite qui est vachement intéressante…

La peur avait dit que si j'allais la voir, elle me dirait non et que je me taperais la honte devant tout le monde. Il y a donc 3 étapes.

Remarque au passage la structure hyper logique d'une peur.

SI (tu vas la voir)
Alors (elle va te dire non)
et donc… (tu vas te taper la honte)

Je suis donc allé la voir et elle a dit non. Jusque là, la peur s'était pas trompée et qu'on se le dise, de toute façon, elle avait une chance sur 2 d'avoir raison. 🤭 Par contre, en ce qui concerne l'étape 3, elle s'est complètement gourée.

Je ne me suis pas tapé la honte mais un énorme RUSH de confiance en soi.

Ça alors !! Incroyable, le mental raconterait-il parfois de la merde ?

Tu n’imagines même pas à quel point LOL 🫠

En fait voici ce qu'il s'est passé…

Ayant libéré suffisamment de peur, j'ai pu suivre mon désir initial. Je l'ai dit, je l'ai fait, je suis un gagnant. Et tu sais quoi ? Le mental enregistre tout ce qu'il se passe et doit donc s'ajuster en fonction de la nouvelle information vécue !

En gros, il doit réécrire ses lignes de codes !

Ce qui était avant considéré comme un “danger” l'est bien moins maintenant.

Et comme c'est moins en danger, la fois prochaine il sera plus simple de faire la même action jusqu'à que ce soit une banalité. Si avant c'était un challenge de demander son numéro à une femme, maintenant c'est chiant à en mourir tellement c'est facile.

Ce qu'il faut comprendre c'est que la peur envoyée par le mental ego est juste une réponse mécanique à une situation jaugée comme dangereuse et déjà vécue dans le passé. C'est donc une réponse purement mécanique et automatique.

  • La peur est la représentation d'un mental ego qui fait bien son taf.
  • Suivre ou ne pas suivre la peur, ça, c'est ton taf !

Du coup, est-ce que tu fais bien ton taf ? 🤓

Sauf que suivre une peur c'est la loi du moindre effort. C'est bien plus facile de se laisser aller par la peur que de la dépasser.

Ce challenge il nous concerne tous chaque jour et c'est pourquoi la libération émotionnelle est si importante, car elle permet de lâcher des charges émotionnelles qui nous font croire à X ou Y et nous emprisonne dans “les vérités de programmes du mental” et non dans la vérité de la réalité.

Si j'avais cru (ce que j'ai fait pendant longtemps) que cette femme allait me jeter, j'aurais fait ce que beaucoup d'hommes et de femmes font : ne pas oser.

Tu finis alors par croire que tu es petit, impuissant, que ce n’est pas pour toi, que tu peux pas, que ceci, et que cela, car initialement et de manière répétitive tu crois à du Bullshit Mental qui est, je le répète : une simple réponse mécanique d'un mental qui fait juste bien son taf :

-> Te protéger d'une situation considérée comme dangereuse <-

Et c'est super important, car voici la suite de l'article…

Voici ce qui se passe en réalité

Si on en revient au parcours dit “FJ”, quand tu es à l'étape 3 et que tu commences à te sentir mieux et que tu continues de t'attacher à cette thématique, c'est en fait l'arbre qui cache la forêt.

Dis autrement, cela sert de diversion, car pendant que tu regardes à gauche (thématique FJ, réunion, amour inconditionnel), cela te permet de ne pas regarder à droite (chemin de la réalisation du soi).

Pour faire simple, imagine que tu es à la croisée d'un chemin de haute montagne. Tu es tourné vers le chemin de gauche. Pendant que tu fais ça, tu ne peux pas en même temps regarder à droite. C'est l'un ou l'autre.

  • Chemin de gauche : Thématique FJ
  • Chemin de droite : Réalisation du soi.

En fait, cela permet de se voiler la face sans vraiment avoir la sensation de le faire, car le mental ego va associer “thématique FJ = réalisation de soi” afin d'éviter d'aller à droite et tu vas voir pourquoi.

Sauf que tant que tu gardes en ligne de mire la thématique FJ tu ne peux pas vraiment te réaliser toi.

Et tu sais pourquoi ?

Car si tu regardes encore à gauche c'est que tu penses que ce chemin t'apportera ce que tu crois dans l'instant, ne pas pouvoir t'apporter toi-même…

C'est bateau, c'est binaire, mais c'est la vie.

Comment on sait que c'est vrai ?

Toujours la même réponse. Il suffit d'expérimenter. Chaque fois que j'ai creusé en coaching (sur des centaines de personnes), tout le monde dit la même chose parfois même avec exactement les mêmes mots.

En fait, la vérité des associations du mental ego sur chaque chemin est révélé et voici ce que l'on trouve en mode simple et abrégé :

  • Chemin de gauche = Thématique FJ = Bonheur
  • Chemin de droite = réalisation de soi = mourir.

Tu comprends pourquoi quand tu es à l'étape 3 (tu commences à aller mieux), tu vas “tout faire” pour rester sur le chemin de gauche.

Et ceci est chaque fois et systématiquement vérifié en coaching.

J'ai juste à poser une question en boucle et les réponses sortent toutes seules :

“Qu'est-ce que que tu as peur qu'il arrive si tu entrais demain dans ton plein pouvoir et que tu pouvais pleinement être toi dans la vie ?

Réponse : j'aurais du succès.
Moi : Qu'est-ce que tu as peur qu'il arrive si tu en arrivais là?
Réponse : Je serais incompris par les gens.
Moi : Qu'est-ce que tu as peur qu'il arrive si tu en arrivais là?
Réponse : Je serais rejeté par les gens.
Moi : Qu'est-ce que tu as peur qu'il arrive si tu en arrivais là?
Réponse : Je serais alors seule.
Moi : Qu'est-ce que tu as peur qu'il arrive si tu en arrivais là?
Réponse : Je ressentirais un vide
Moi : Qu'est-ce que tu as peur qu'il arrive si tu en arrivais là?
Réponse : Je mourrais.

En gros :

Chemin de droite = Réalisation de soi = mourir.

Sauf que pendant qu'il y a cette association d'un côté, de l'autre on autre a :

Chemin de gauche = Réunion FJ = Bonheur

Tu m'étonnes que ton mental ego, via notamment la reverse projection te monopolise l'attention avec la FJ, qui devient alors ton sauveur.

Ce chemin de gauche (pour ton mental) peut te sauver de la situation de laquelle tu n'est pas arrivé à te sauver seul. C'est une béquille quoi. (D'ou la dépendance affective hein).

Alors qu'en fait, si on creuse, on se retrouve alors avec un conditionnement provenant de l'enfance. Montrer qui tu es, montrer tes réalisations, c'était rejeté, désapprouvé, mal vu, pas conforme, pas assez, et ainsi de suite.

Autrement dit, tu sais maintenant d'où provient cette association

Chemin de droite = réalisation de soi = mourir

Du coup, tu comprendras que par simple réaction mécanique, le mental ego va mettre tout sa puissance à te faire regarder sur le chemin de gauche, car :

  • C'est sur ce chemin que tu as ressenti ce sentiment de complétude.
  • Seul tu n'y ai jamais arrivé par toi-même.
  • Le chemin de gauche t'évite la mort du chemin de droite.

En mode très simple et abrégé, c'est ça dans 100% des cas.

Du coup, le mental va déployer toute sa puissance pour te faire croire qu'à gauche c'est la clé de ta complétude, de la réalisation de soi, car il va tout faire pour t'éviter de mourir (te réaliser toi, par toi-même).

Tu vas continuer de regarder là-bas, alors qu'en fait, c'est le chemin de droite qu'il faut prendre.

Continuer d'être sur le chemin de gauche, c'est continuer de fonctionner sous pilotage des programmes du mental ego et notamment la dépendance affective, polymorphe, qui peut prendre plusieurs formes comme “l'Amour Inconditionnel” quand on est arrivé à l'étape 3.

Comment on sait que c'est vrai ?

La personne, tellement libre d'elle-même et dans le détachement total, est encore et toujours :

  • À lire des articles FJ.
  • À regarder encore des vidéos FJ.
  • À regarder du tarot Fj.
  • À consulter des médiums…

Bref, on est pas encore sortie de l'auberge flamme jumelle quoi.

La personne reste bloquée sur le chemin de gauche, car la personne se croit incapable…

  • D'être en complétude par soi-même.
  • De surmonter ses peurs.
  • De vivre l'amour par toi-même.

C'est exactement la même chose que cette personne qui ne voulait pas lâcher son bien-être. Elle est persuadée qu'elle vivra du mal-être alors elle s'accroche à sa bouée de sauvetage.

Ici la personne est tellement persuadée est incapable de X ou Y qu'elle s'accrochera aussi à ce sentiment de bien-être vécue dans l'étape 3, à cet “amour inconditionnel”, ou plutôt à l‘idée de l'amour inconditionnel tout en se tapant des infos sur les FJ.

Pourquoi ? Car le chemin de gauche représente son salut, tout simplement.

Finalement la personne croit beaucoup de choses concernant son incapacité.

Quand se permettra t-elle de croire aussi fort en sa capacité ?

Pour ça il faut emprunter le chemin de droite : la réalisation du soi. C'est sur ce chemin que la personne sera confronter à ses challenges, peurs, doutes, résistances, désirs réels du soi, et c'est là que de vrais choix se présenteront.

Courber l'échine ou Honorer son Soi.

Et donc tu l'auras compris, le chemin de droite c'est pas celui ou tu :

  • Attends que l'autre revienne.
  • Espères que l'autre revienne.
  • Est dans l'amour inconditionnel par rapport à l'autre.

C'est tracer sa route, son chemin, sa vie, tourner la page et être heureux par soi-même et avec la vie que tu as choisis de bâtir en fonction de tes envies et ton soi véritable.

Et dans cette version de l'histoire, il n'y a pas de place pour cette thématique FJ, car si elle est encore présente dans ta tête, c'est que tu estimes en avoir besoin pour obtenir ce que tu n'obtiens par tes propres moyens.

Tu ne peux pas apprendre à jouer au foot en restant planqué sur le banc de touche.

Sauf qu'emprunter le chemin de droite fait peur, car il va te challenger, te faire sortir de ta zone de confort. Forcément tu vas te sentir mal et donc, tu interpréteras ces signaux comme “c'est pas le bon chemin”.

Mike Tyson disait :

“La vie est difficile et ce, pour deux raisons :
Soit parce que tu restes planqué dans ta zone de confort
Soit c'est parce que tu sors de ta zone de confort.”

Du coup, quand tu es à l'étape 3 c'est hyper confortable de penser que c'est un lien incassable (car tu ne veux pas le casser, tu en as encore besoin, sinon tu te retrouveras sur le chemin de droite…).

On le voit également dans les coachings d'accompagnement 3 mois que je fais.

Au début la souffrance est telle que la personne est contente de libérer un maximum, jusqu'à ce qu'elle arrive à un point confortable concernant la thématique FJ.

Souvent on en arrive là :

“Oh bah comme j'en ai plus rien à faire de ma FJ, je peux toujours la voir, vu qu'elle me recontacte là”.
Et je leur dis : “Oui vas y, cela te permettra de jauger ou tu en es. D'ailleurs, tu verras que le Sex est d'un coup vachement moins Divin et magique qu'auparavant… mais on en reparlera 🤣.”

Du coup, on en reparle et la personne me demande pourquoi.

La réponse est simple : l'inconscient étant bien moins à l'oeuvre, moins d'attachement tu as, moins de reverse projection tu as, plus proche de la réalité tu es.

D'ailleurs, les vases communicants commencent aussi à se fermer et donc on ne “ressent plus” son autre à distances par des milliers de kilomètres. Les pensées par rapport à l'autre se tarissent et ainsi de suite.

Et puis il arrive un phénomène trop bizarre que tu viens pas du tout de lire dans cet article.

La personne arrive à cette étape confortable, et choisie de ne plus libérer ce qui reste. Aussi elle reste encore à penser à l'autre même si c'est moins qu'avant, car maintenant c'est confortable et je leur dis alors :

“Hey pep pep, tu n'as pas encore finis”

On sent que cela les dérange, car ils savent très bien que s'il continuent de libérer les charges et programmes associés au chemin de gauche, ils vont se tourner tout naturellement vers le chemin de droite. C'est alors le signe qu'il faut commencer à libérer les charges et les programmes associés à ce chemin de droite.

Si cela arrive au cours de 3 mois de coaching intensif, imagine une personne seule dans son coin à se bouffer du contenu FJ ?

Elle sera persuadée d'être dans l'amour inconditionnel, alors qu'en fait, elle s'est juste arrêtée à une des dernières aires d'autoroute bien confortable avant la sortie 595 : Chemin de droite –  réalisation du soi.

Car le Vrai Game, comme je le disais dans l'article, c'est emprunté le chemin de droite.
C'est là-bas que tu vas découvrir Qui Tu Es Vraiment.
La “Fight” c'est là-bas que ça se passe et pas ailleurs.
Mais ça fait peur, on est d'accord 😏

Du coup, quel est ton choix ?

Courber l'échine devant tes peurs ou les traverser ?

🔆 Durant le parcours flamme jumelle on est souvent désemparé et complètement déboussolé. Si tu veux te débarrasser de ce fardeau émotionnel - de ce vide intérieur - comprendre en détail ton parcours pour un mieux être immédiat et aller de l’avant clique ici.

Alexis

N'oublie pas d'utiliser ton discernement durant ta lecture. Ne nie pas tout en bloc mais n'accepte pas tout non plus.😎 Questionne, remet en cause, jauge, pondère, compare, analyse ce que tu lis afin de trouver ta vérité.

Il y a 8 commentaires Rejoignez la discussion

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Most popular

Alexis

N'oublie pas d'utiliser ton discernement durant ta lecture. Ne nie pas tout en bloc mais n'accepte pas tout non plus.😎 Questionne, remet en cause, jauge, pondère, compare, analyse ce que tu lis afin de trouver ta vérité.

Most discussed