La Flamme Jumelle un miroir Parental en puissance • Change Ta Perception ≫ Guérir de son parcours flamme jumelle.
Tous les Articles du Blog > La Flamme Jumelle un miroir Parental en puissance

La Flamme Jumelle un miroir Parental en puissance

flamme jumelle miroir parental

Quand on rencontre sa “flamme jumelle”, on constate ce sentiment d'évidence, cette connexion par le regard. S'ensuivent alors une complicité et une fluidité sans nom, en tout cas au début.

Ensuite, le vent commence à tourner et le Chaser va allègrement cartographier tous les recoins de la “nuit noire de l'âme”, ou plutôt la chute de certains pans de l'ego mental.

Si toute cette histoire a été spiritualisée et romantisée pour ne pas créer une épidémie d'AVC, il n'en reste pas moins que cette relation n'a absolument rien de magique quand on en comprend les rouages psychoémotionnels.

Mais encore faut-il encore avoir envie de se donner la peine de les comprendre au lieu de bloquer sur le mantra :

“C'est irrationnel, donc spirituel”.

Si on remonte le temps jusqu'au Moyen Âge et qu'on allume sa cigarette devant un paysan, il criera certainement “au Sorcier ou au Mage”.

Alors qu'en fait, il lui manque simplement quelques connaissances de base pour comprendre que du gaz + une étincelle = du feu.

Ne comprenant pas le mécanisme à l'œuvre, il dirait certainement que cela est irrationnel ou magique.

Il pourrait se mettre à croire que si nous mettons cet objet en bouche, c'est bien parce que celui-ci doit avoir quelques bénéfices magiques. Quelle déception ce serait pour lui, que de découvrir la vérité :

Cet humain, si évolué venant du futur, paie très cher un petit plaisir, qui le tue à petit feu.

Je pense qu'il se demandera, si le temps favorise vraiment l'évolution… 🙃✌🏻

Avec la relation flamme jumelle c'est exactement pareil

Depuis des années que je fais du coaching flamme jumelle, je constate que l'on retombe invariablement sur les mêmes briques de bases.

En fait, on n’a pas besoin d'aller chercher dans le karma, l'énergétique, les 28 dimensions du multivers Sub Quantique et Aquatique.

Il faut juste commencer à la relation parentale et s'arrêter à cette vie, il y a déjà bien à faire de ce côté.

Oui je sais ! D'un coup, ça fait moins rêver là..

Et c'est bien ça le problème…

Quand il s'agit d'amour, le chaser est un rêveur, ni plus ni moins.

Comme disait mon mentor : Il faut avoir des rêves, mais pas vivre dans un monde de rêves.

Le problème dès qu'on part dans le karmique, l'énergétique et toute la clique, c'est qu'on fait le choix d'ouvrir la porte au mystérieux (réel ou imaginaire).

On se repose sur du : “j'espère qu'il va se passer un mécanisme qui m'est inconnu et qui produise un bon résultat pour moi”, d'ailleurs je croise les doigts et compte à fond sur ma bonne étoile, l'intervention divine, pour qu'on fasse pour moi, ce que je n'ai pas trop trop envie de faire.

On a envie de laisser la place à ce genre de mécanismes, car cela permet de rêver, de tabler sur la chance ou de je ne sais qui… (Voir l'article sur la limerence et la cristallisation).

Mais en tout cas, ça permet de peu compter sur nos propres capacités.

Et cela arrange un peu tout le monde que “la Source ait décidé que… que le Contrat Karmique dise que…”, car au fond, cela nous permet de nous déresponsabiliser face à une situation ou si on fait vraiment un effort on pourrait s'en sortir.

Sauf que…

Choisir de compter d'abord sur notre potentiel, ce sur quoi on a le contrôle, c'est prendre la responsabilité des choix, actions et résultats qui en découleront.

Une des problématiques clés révélées par ce parcours “FJ” est justement le manque de responsabilité personnelle (des deux côtés).

Alors en quoi la relation FJ est le miroir de la relation parentale?

Tout simplement, car en creusant, on va se rendre compte que la manière dont s'est déroulé nos interactions avec nos parents.

Les attentes non comblées, les schémas répétitifs qui ont créé des cycles non terminés sont reproduits dans la relation avec le runner. C'est pourquoi la relation flamme jumelle est une réponse traumatique.

Prenons un exemple de mécanisme que l'on retrouve chez les chasers.

Quand on commence à travailler sur la relation parentale au niveau de l'enfance, on retrouve l'armature suivante :

J'attire parfois dans ma vie des gens qui sont froids, distants et peu affectueux. Je veux qu'ils soient doux, sincères, présents afin que je puisse me sentir aimé et avoir de la compagnie. Je m'empêche parfois d'obtenir cela en m'isolant dans mon coin.

L'armature globale est celle-ci :

  • J'attire des gens A.
  • Je veux qu'ils soient B.
  • Afin que j'obtienne C.
  • Sinon conséquence négative D.

Ça, c'est l'armature qu'il faut retenir, car le chaser fonctionne sur cette programmation.

On peut la formuler autrement :

  • Je fais face à des gens qui ne correspondent pas à mes attentes (A).
  • Au lieu de me barrer et de trouver des personnes qui correspondent à mes attentes, je vais essayer de les aider afin qu'ils deviennent ce que je veux (B).
  • De cette manière, cela me permettra d'obtenir (C).
  • Se cela ne marche pas (conséquence négative, isolement, mauvaise estime de soi…).

Pour comprendre cette mécanique, il faut revenir à l'enfance. Là faut s'accrocher un peu, car ça va être un chouia compliqué à écrire.

Revenir à l'enfance pour comprendre ce schéma

Quand on est petit, on dépend des parents pour combler nos besoins psychoémotionnels, corporels et matériels, mais on arrive aussi au monde avec certaines attentes naturelles.

Il y a ce qui nous parait naturel à avoir et ce que l'on va avoir.

Aussi, en fonction de notre environnement familial, il peut y avoir un fossé plus ou moins grand entre cette normalité attendue et le résultat obtenu.

Exemple : Juliette ressent le besoin d'aller se blottir dans les bras de sa mère, lorsqu’elle y va, elle essuie un rejet glacial et un regard désapprobateur.

Il y a alors une différence entre :

  • L'attente naturelle de Juliette.
  • Ce qui arrive dans la réalité.

Avec la répétition,

  • Son subconscient va enregistrer ce qui est, et imaginer des raisons à ces refus (je ne suis pas assez bien, c'est ma faute, car…).
  • Mais le subconscient va également essayer de naviguer dans cette réalité pour combler ses attentes. (Mécanismes de survie).

Sauf que voilà…

  • D'un côté il y a ses attentes naturelles (innées).
  • De l'autre, il y a la réalité (répétitive),
  • De l'autre, les commentaires, décisions, critiques sur la situation.
  • De l'autre, les solutions et stratégies de survie (pour subvenir à ses attentes initiales).

Tu vois ou je veux en venir ?

C'est le début des contradictions mentales, des traumas, croyances limitantes et ainsi de suite…

L'enfant va tout tenter pour combler ses besoins auprès de ses parents. Quand ça ne sera passera pas comme prévu, il va tenter de s'adapter et trouver des moyens d'avoir ce qui lui parait naturel (il veut faire valoir ses droits, autant que faire ce peu et avec les moyens du bord).

C'est comme ça que Juliette, va tenter d'avoir de bonnes notes à l'école pour faire plaisir aux demandes de sa mère, en espérant qu'ainsi elle puisse avoir son amour.

Sauf que, même si la stratégie parait bonne, ça marche pas vraiment ou alors par intermittence. (Voir le renforcement intermittent).

En plus, cela créera l'idée du troc…

Pour avoir de l'affection (qui devrait être naturelle), je dois faire X ou Y.

C'est-à-dire que quelque chose qui est “inné” ou considéré comme “ayant droit” ou “naturel”, va devenir l'objet de mérite

Cela crée le message suivant : “Tel que je suis, je ne mérite pas ce qui est censé être naturel (ou ce que je pensais être naturel), je dois travailler dur pour l'avoir”

Avec la répétition de ces situations et l'incapacité de Juliette à faire changer la psychologie de sa maman, se forge alors un programme, une manière de faire, une vision de l'amour…

Il faut travailler très dur pour avoir (ce qui est basique et naturel).

Si on en revient à l'histoire de Juliette, on se rend compte que les résultats espérés sont incertains.

  • Parfois, avoir de bonnes notes permettra d'avoir un câlin.
  • Parfois, même en ayant de bonnes notes, Juliette essuiera un : “Et en plus tu veux une récompense ?”

Aussi, la stratégie de travailler très dur (pour une chose qui devrait être naturelle), apporte des résultats de manière intermittente.

Cela créer un sentiment d'impuissance, d'incertitude, d'insécurité, de l'incompréhension et de la confusion et créer également des Hauts et Bas qui permettent de se sentir vivant.

Mais cela va aussi créer la mission ou la quête, car finalement, les stratégies de Juliette n'apportent pas les résultats escomptés.

Du coup si on résume l'histoire de Juliette :

  • Juliette à des attentes naturelles qu'elle tente de combler auprès de sa mère.
  • Juliette faire face à une mère glaciale : A
  • Juliette veut qu'elle soit douce et aimante : B.
  • Juliette va travailler très dur pour changer sa mère.
  • Afin qu'elle puisse se sentir aimée : C.
  • Sinon, conséquence négative.

Le cadre inamovible.

Quand Juliette arrive au monde elle va faire face à un cadre inamovible qui est mis en place par une forme de pouvoir supérieur : les parents.

Le cadre (règles à la maison, la psychologie des parents, l'opinion de la mère envers Juliette), est inamovible bien que parfois, il semblerait avoir quelques lueurs d'espoir, car les stratégies de survie de Juliette portent leurs fruits.

Ce qui était à la base, une attente naturelle, puisque non assouvie, va devenir la quête ultime de la plus haute importance.

L'amour sera alors la mission : être aimé par quelq'un soit, être pleinement reconnu.

Le parallèle avec le récit flamme jumelle.

Ce que je viens d'écrire ici est complètement relaté par le parcours flamme jumelle mais dans sa version spirituelle.

Dans le récit FJ :

  • La Source (l'autorité toute puissante) à décidé du cadre, le contrat karmique.
  • Que tu le veuilles ou pas tu n'as pas le choix, pas de libre arbitre et tu ne pourras pas changer ce cadre. Il est inamovible.
  • Si la Source à décidé pour toi X ou Y alors c'est ainsi.
  • Si tu cherches à te rebeller (faire changer le cadre) alors tu entres en défiance et alors punition (foudres karmiques).

En fait, on retrouve l'éducation parentale dans toute sa splendeur, mais élevée au rang de “spiritualité”.

  • Face aux décisions des parents, tu étais impuissant.
  • Face aux décisions de la Source, tu es impuissant.

Quand on décortique le récit FJ et l'éducation parentale, on va retrouver les mêmes impacts intérieurs.

  • Face à la tournure des évènements, le chaser va se demander “mais pourquoi la Source me fait vivre l'amour si je ne peux pas en profiter”?
  • Face aux parents : mais pourquoi on me place les personnes qui peuvent me donner de l'amour, mais qui ne me le donne pas?

Cela va créer le sentiment d'incompréhension et de confusion et d'impuissance, dans une certaine mesure.

Du coup, quand on regarde comment on se sent dans cette relation avec le Runner, on va se rendre compte que l'on revit des schémas, des ressentis, de cycles que l'on a déjà vécus avec les parents.

Dans ce que je viens de citer plus haut, on va retrouver :

  • Le sentiment d'impuissance (à faire changer l'autre, le cadre, la tournure des évènements)
  • Le sentiment de confusion/incompréhension (face au comportement des parents par rapport à nos attentes, et pareil avec le runner).
  • Le sentiment d'incertitude (un coup j'ai de l'affection des parents avec mes stratégies, un coup non, avec le runner pareil)

On retrouve ce schéma avec le Runner

Au fond c'est toujours la même histoire à des niveaux différents :

  • Tu attires une personne de type A (runner)
  • Tu veux faire changer le runner en B (l'éveiller, lui faire comprendre que…)
  • Afin que tu puisses obtenir C (complétude).

Tout le comportement du Chaser, consiste à récupérer le runner (donc réunion) pour avoir ce ressenti de complétude. En fait, il en a besoin pour terminer un cycle (du passé). Enfin ça c'est ce que l'on croit.

Sauf que continuer de persévérer face à une personnalité Runner c'est s'assurer de continuer de courir dans le tunnel sans jamais en sortir.

C'est exactement le même combat et donc le même schéma qu'en enfance, reproduits dans une autre personne.

C'est pourquoi, quand on rencontre l'autre personne, au début on va avoir ce “clic”, ce sentiment d'évidence, ce “je le connais depuis très longtemps, mais je ne sais pas comment”.

C'est pas la personne que tu re-connais, c'est les schémas du passé qui sont re-connus, nuance…

Dans l'enfance, tous ces efforts n'ont pas porté les fruits qu'on espérait, mais toutes ces tentatives on forgé des programmations mentales, mais également des traumas.

Cela a forgé le circuit imprimé de ton mental ego. Mais cela a aussi créer des cycles non terminés sur la base du  :

On devrait avoir X, on a pas eu X et on ne lâchera pas l'affaire tant qu'on a pas X.

Aussi, quand on rencontre ce que l'on appelle la FJ, on va reproduire ce schéma, et on ne lâchera pas l'affaire même quand tous les faits, aussi nombreux soient-ils montrent que la relation ne fonctionne pas, on va quand même s'accrocher à l'espérance de la réunion.

C'est normal, car continuer de vouloir croire qu'on aura la réunion, permet de continuer d'alimenter le schéma :

On devrait avoir X, on a pas eu X et on ne lâchera pas l'affaire tant qu'on a pas X.

Et le Chaser Sauveur Sacrificiel va pouvoir continuer d'alimenter un rôle qu'il connait bien. Et c'est entre autres pourquoi le chaser dira très souvent en coaching la révélation suivante :

Je ne peux pas envisager que je me sois trompé sur cette relation.

Et c'est normal, car le “but” de cette relation c'est un inconscient qui te fait tiquer sur une personne qui te permet de rejouer ce que tu connais déjà.

C'est le travail de l'inconscient que de continuer de te faire vivre ce qui est contenu dans le disque dur.

C'est ton travail à doit de définir ce que tu gardes ou effaces de ce disque dur.

Si ta voiture tangue, accuser ta voiture ne sert à rien, elle réagit de manière mécanique en fonction de son état. C'est à toi de l'amener chez le garagiste si le pneu est crevé.

L'inconscient c'est ta voiture, et toi le pilote. Cependant, comme il y a un rejet de notre propre responsabilité personnelle, on s'attend à ce que quelque chose ou quelqu'un s'occupe de changer le pneu pour nous.

Comme cela ne vient pas, on va voir les médiums afin de savoir quand le plan divin a prévu pour nous, d'avertir le garagiste pour qu'il sache, quand et/ou venir avec quel type de pneu pour réparer notre voiture 🙂

Bref, envisager l'idée de s'être trompé, c'est commencer à considérer l'idée opposée à ce schéma de pensée. C'est choisir délibérément de voir les choses autrement, de changer de perception (oui il fallait que je la place celle-là 🤣) et d'aller vers le chemin de la guérison.

Aller sur le chemin de la guérison, c'est commencer à envisager que l'autre n'est peut-être pas notre “jumeau” ou “la bonne personne”.

Mais simplement LA BONNE PERSONE correspondant à nos SCHÉMAS DU PASSÉ.

Ce faisant, on commence à ouvrir des portes qu'on ne voulait pas ouvrir avant. On a alors accès à des outils qu'on ne connaissait pas ou n'utilisait pas.

Comme on se met à penser de manière différente, on commence à obtenir des résultats différents.

Tant que le Chaser continue de vouloir croire que l'autre est son autre, qu'il est flamme jumelle et ainsi de suite,

Il est juste dans l'expression même de ses traumas en pensant être sur le bon chemin.

Toute la motivation que le chaser a, à vouloir cette réunion, d'abord en essayant de faire changer l'autre, puis en “bossant sur soi”, est encore l'expression du manque et répond tout à fait à l'armature citée plus haut.

Le truc c'est que toutes les motivations du chaser est qu'elles proviennent du manque et non de l'amour.

Le problème est justement ces fiouls motivationnels.

Quand on reprend l'armature :

  • J'attire des gens de type A.
  • Je veux les changer en B.
  • Afin que j'obtienne C.
  • Sinon D.

Voici quelqu'uns des fiouls motivationnels qui se dégagent de cette armature.

Fioul 1 : Le besoin de changer, modifier, sauver, agir sur l'environnement.

Ce Fioul 1 activé, montre tout simplement qu'on est face à ce qui ne nous correspond pas sinon on n’essaierait pas de le changer.

Le chaser comprend cela vite, mais il faut lui expliquer longtemps. En fait, le chaser ne cherche pas vraiment la relation de couple idéale, il a besoin d'être dans ce cycle :

Je suis face à ce qui n'est pas ce que je veux, du coup, je vais pouvoir tenter de modifier/aider cette personne, afin d'avoir ce que je veux.

Cela permet au chaser, par projection, d'aider l'autre personne, d'avoir une gratification personnelle, mais a besoin de ce cycle pour se sentir le sauveur.

Sauf que pendant qu'il tente de sauver l'autre, le chaser s'est retiré l'opportunité de s'aider soi-même. En tout cas pendant un temps…

Pendant qu'il fait le chaser sauveur (sacrificiel), car il n'obtient pas ce qu'il veut, il est prisonnier de son cycle et tente de gagner un combat du passé qu'il n'a jamais gagné. Et puis surtout, pendant qu'il tente de sauver l'autre, le chaser ne tente pas de se sauver lui-même. En tout cas, pendant un certain temps.

Mais pendant qu'on est dans ce cycle, tomber directement sur ce que l'on veut (une personne saine et dispo), est sans intérêt pour un chaser non guérit

D'ou le switch du chaser notamment.

Fioul 2 : Le besoin d'avoir raison

Combien de chaser en coaching, reconnaissent ne pas vouloir admettre avoir tort.

Ce mécanisme est normal, car vouloir avoir raison permet de continuer de nourrir le cycle cité plus haut et donc de continuer d'alimenter le rôle forgé dans l'enfance. Car au fond, quand on regarde bien l'armature de ce cycle :

  • J'attire des gens de type A.
  • Je veux les changer en B.
  • Afin que j'obtienne C.

Le chaser malgré lui est en posture de victime, car il n'a pas demandé à arrivé dans une famille qui ne comble pas ses attentes, il n'a pas demandé d'être face à Pierre, Paul ou Jacques ne correspondant pas ou ne voulant pas combler leur attente tout en disant que si…

Et donc, un sentiment d'injustice s'empare du Chaser, qui va vouloir avoir justice, et donc “avoir raison” de mener son combat, car il n'a pas demander cela et en plus, cette personne (parents/runner) devraient lui donner ce qu'il lui parait naturel d'avoir.

Du coup, s'instaure le rôle de sauveur.

Ce faisant, cela permet au chaser de se masquer sa propre posture de victime et donc d'essayer de remporter le combat pour avoir une gratification.

Il se voit comme un sauveur et non comme un victime des évènements en quête de “justice” car au fond, ce qu'il devrait avoir lui parait naturel.

En fait le chaser ne voit que la moitié de l'équation :

C'est parce que le Chaser est “victime” de la situation, qu'il passe en sauveur (et ne voit que cette partie) afin de justifier ce qu'il fait (le cycle) qui lui parait alors “normal”, car c'est un cycle familier qui provient de l'enfance.

Alors qu'en fait, le chaser pourrait dire :

Oh je suis face à une personne qui me dit “oui et non”, ce n’est pas ce que je veux, aller salut!

Non, il reste et persiste, car sans s'en rendre compte, il patauge dans ses traumas tout simplement.

Si on en revient à la relation flamme jumelle, la lune de miel va en plus apporter son lot de faits réels auxquels le chaser va complètement s'accrocher, car c'est bien la preuve par 9 que l'autre est en capacité de combler nos besoins.

Du coup, il devrait y avoir moyen de récupérer cela d'une manière ou d'une autre :

C'est la carotte qui fait avancer l'Âne.

À cela rajoute-les vas et-vients du runner qui forment ces “lueurs d'espoir comme pour Juliette et ses bonnes notes”, et la boucle est bouclée.

Cela viendra renforcer sa croyance qu'il a raison. Au fond, c'est juste l'autre qui n'est pas éveillé, pas prêt, trop timide et ainsi de suite.

Non c'est juste toi qui es bigleux 🙌🏻🙃

Le chaser va alors mettre des œillères et foncer tête baissée dans son rôle qu'il connait bien. Il valide ainsi tout le cycle.

Même en plein doutes entre ses croyances et les faits, il ira même dans la médiumnité et le tarot, afin de valider qu'il a raison, car au fond, c'est bien le discours qui y est divulgué :

“C'est la bonne personne, soit patient, garde la foi, c'est un parcours long etc.”

Fioul 3 : Le besoin de quête, de mission (éternelle, sans fin).

Pour couronner le tout, comme on reproduit un schéma du passé ou on a essayé de faire changer les choses par rapport à l'éducation reçue, mais sans succès.

Il faudra alors attirer (ou s'arrêter) sur un partenaire qui ne changera pas, car cela nous permettra de continuer de persévérer pour nous sentir méritants, car un jour on y arrivera et alors, cela sera le saint Graal de la récompense du chaser.

Après tout le chaser est très bon pour donner, mais très mauvais quand il s'agit de recevoir.

Du coup, quoi de mieux qu'un récit spirituel qui t'explique que le parcours a débuté il y a de cela des millénaires et est programmé pour se perpétué encore et encore tant que le travail sur les blessures n'est pas finit.

Bien évidemment, on ne donne jamais de critères précis pour t'expliquer quand tu peux jauger de la fin de ton travail sur toi… (welcome dans la quête éternelle).

Enfin si… On te dit que le runner reviendra quand TU auras fini ton travail sur toi.

Lui de toute façon, il est bloqué par le karma et c'est voulu par la Source. Tu vois, comme quoi le récit est bien ficelé, le cadre est bien rigide et toi, tu deviens le héros de l'histoire, celui qui doit “faire, être actif, travailler dur pour…” obtenir enfin ce que tu veux.

Bien que le récit soit “dit spirituel”, il est complètement égotique. Car il ne fait que rejouer les traumas de l'enfance.

En plus… même après tout ces efforts, t'es pas sûr d'avoir ta réunion (récompense incertaine, comme avec la stratégie de Juliette), car tu pourrais avoir ta réunion dans cette vie ou dans une autre…

Qui sait… Quand TU auras finis TON travail sur TOI.

Même la source ne le sait pas, c'est pourquoi, elle a permis que ce jeu se fasse de manière éternelle, au fil des réincarnations.

Bref c'est une quête sans fin !

Et la boucle est bouclée et sans s'en rendre compte, le chaser ne fait que rejouer comme un automate les procédés vécus dans l'enfance. Ce qui viendra sauver le Chaser, n'est pas l'éveil spirituel, mais l'éveil de la conscience.

En effet, c'est ce dernier qui permet d'ouvrir les yeux sur ses propres schémas.

Conclusion

Évidemment, dans cet article, je n'ai pris qu'un exemple par rapport à ce qui a été vécu dans le passé avec les parents.

En examinant en détail et au cas par cas, nous sommes capables de voir la myriade de schémas vécus avec les parents que l'on retrouvera dans cette relation avec le “Runner”.

Mais si on résume :

  • J'attire des gens A.
  • Je veux qu'ils soient B.
  • Afin d'obtenir C.
  • Sinon, conséquence négative.

Ce qui imprime en nous :

  • Victime d'un environnement non reconnaissant.
  • Sentiment de confusion/incompréhension par rapport à cet état de fait.
  • Impuissance à modifier le cadre imposé par les parents puis par la “Source”.
  • Peu de libre arbitre/choix face au cadre.
  • Sentiment de confusion/incompréhension.
  • Sentiment d'incertitude face aux récompenses.
  • Obstination du chaser à vouloir être reconnu par ceux qui ne le reconnaissent pas.
  • Le besoin d'avoir raison (qui justifie la quête et le rôle de sauveur sacrificiel).
  • Quête éternelle à vouloir changer ceux qui ne changeront pas.

Quand on examine déjà cela, on se rend compte qu'on a déjà pas mal de travail en libération émotionnelle pour changer les schémas de pensée du Chaser.

Pour voir la vidéo correspondante sur la chaine youtube :

YouTube player

Alexis Faure

🌱 Transformation Conscience
⛓️‍💥 Expert Désactivation Traumas
🧘‍♀️ EFT ❘ PNL ❘ SDN ❘ MCBT ❘ TCC
🥂 +6000 coachings réalisés.
🏆 +2.3M pages lues.
🌀🚀 Coaching Flamme Jumelle ici.

1 comment

  • Tout d’abord un grand merci pour cette analyse du comportement du chaser. Vos articles sont une mine d’or pour moi.

    Il me semble nécessaire de faire de même pour le runner. En tant que runner (enfin il me semble) je vais tenter de décrire mon fonctionnement.

    Je ressens une forte attirance pour cette personne affectueuse et aimante, démonstrative, solaire. .J’ai un sentiment d’évidence, l’ouverture du troisième œil et tutti quanti…je ne comprends pas ce qui se passe en moi j’ai l’impression que la folie me guette.

    Je veux passer tout mon temps en sa présence car cela me procure une joie indéfinissable (sentiment de complétude ?).

    Quand cette personne tente une interaction réelle avec moi (me pose des questions sur ma vie, partage des choses avec moi, me propose de danser, etc) je la repousse durement ou je reste de marbre devant ses questions car je suis incapable de répondre, je panique intérieurement.

    S’i la personne s’éloigne de moi, je panique aussi et je me rapproche en faisant une allusion biaisée, un sourire ou un regard éloquent. Jamais de déclaration mais des signaux ( incertitude du chaser ?)
    En conséquence la personne tente un nouveau rapprochement qui provoque la même réaction de ma part (renforcement intermittent du chaser ?)

    Cette personne décide finalement de quitter la situation (et moi avec, même si nous n’avons jamais été en couple). Je ne m’en remets pas.

    Le temps passe. Je recontacte cette personne quand elle a refait sa vie. Tout d’abord enthousiaste, la personne se refroidit vite, peut-être parce que la communication est toujours impossible pour moi. Je fais quelques tentatives de déclaration par écrit qui restent sans réponse. J’abandonne et je vis ma nuit noire de l’âme. Fin de la pièce.

    Pourquoi je repoussais cette personne malgré mes sentiments forts ?
    Je ne fais pas confiance aux gens démonstratifs du sexe opposé, j’ai peur que ça ne soit qu’une façade et je crains de souffrir si j’accorde ma confiance. Je crains que ça ne soit qu’une stratégie de séduction. Je n’ose pas communiquer la dessus car je crains la manipulation plus que tout.

    J’accepte seulement le rapprochement physique (en raison de ma forte attirance et de mon incapacité a m’ouvrir émotionnellement). Je ne parviens pas à communiquer réellement avec cette personne en particulier:

    Je veux donc seulement une relation physique et rester près de cette personne éternellement. Bizarre ? Tordu ? Comme vous voudrez. Je précise que mon attitude est conforme à cette description uniquement dans cette interaction précise. Mon entourage me décrit comme une personne équilibrée.

    Qu’est ce que ce comportement dit de moi ? Probablement que j’ai peur de m’abandonner à l’amour. J’attire potentiellement le profil chaser qui recherche inconsciemment un renforcement intermittent.

    Merci d’avance pour vos commentaires.