Le runner est-il jaloux ? • Change Ta Perception ≫ Guérir de son parcours flamme jumelle.
Tous les Articles Flammes Jumelles > Le runner est-il jaloux ?

Le runner est-il jaloux ?

Le runner est-il jaloux ?

Au cours des différents coachings menés depuis près de 4 ans, cette question, comme bien d'autres d'ailleurs, revient assez régulièrement :

Le runner est-il jaloux ? Et si oui, pourquoi le runner est-il jaloux s'il ne donne presque rien et ne s'engage pas ?

Comme d'habitude il faut garder à l'esprit que ce parcours dit “flamme jumelle” est subtil. Et c'est ce que nous allons voir dans cet article.

Alors, le runner est-il jaloux ou pas ?

Le runner est-il jaloux ou pas ?

Durant le parcours flamme jumelle, le runner va nous en faire voir des vertes et des pas mures.

Il n'hésite pas à “nous faire croire” qu'il veut quelque chose, mais en fait non.

Il usera du “Future Faking” alias faire des promesses subtiles par rapport à un futur ensemble.

Cela peut-être dit de manière des plus ambiguës aux plus subtiles, mais peu de manière directe et claire.

Ceci est fait de manière précise et calculée par un runner sachant parfaitement se suradapter. Avec le temps ceci est devenu une seconde nature.

N'oublions pas que dans les grandes lignes, le runner est :

  • Ego centré.
  • Qu'il fait tout pour se sécuriser (et sécuriser ce qu'il veut).
  • Qu'il a un faux self.
  • Qu'il a une peur bleue de rentrer dans son intériorité.
  • Qu'il sait très bien scanner les gens.
  • Qu'il sait très bien s'adapter en conséquence dans une certaine mesure.

Ce que je viens de dire là, est non seulement constaté et reconnu en coaching par les Runners, mais également décrit dans bien nombres de vidéos. Ce que l'on ne dit pas, par contre est la chose suivante :

L'alliage : Ego centré + fait tout pour se sécurisé + peur bleue de rentrer dans son intériorité = on est face à une personne qui ne changera pas ou bien trop peu.

C'est normal que cela ne soit pas dit, car cela “tue” le business model basé sur l'espérance (et non l'espoir). Bref c'est la carotte qui fait avancer l'âne afin qu'il continue de se gaver de vidéo FJ.

Si le chaser est dépendant du Runner quand il entre en séparation, il troquera cette dépendance pour une autre : les vidéos FJ en tout genre.  Du coup, comme je le dis souvent, point de vraies solutions ne seront données, car elles pourraient te permettre de t'extraire de cette dépendance et de cette communauté.

Maintenant que les bases sont posées, il faut aussi comprendre une chose, le récit FJ est raconté par les Chasers eux-mêmes et non par des personnes extérieures au parcours qui auraient un point de vue plus objectif sur la situation.

Mais là encore… dans les vidéos on aime dire : “n'allez pas voir des thérapeutes hors FJ, car ils ne peuvent pas comprendre ce que vous vivez”.

T'inquiète paupiette, ils peuvent très bien comprendre !

Par contre cela peut arranger le chaser qui lui, n'a pas envie de comprendre, qu'il est :

Ce genre d'arguments permet de s'enfermer tout seul dans sa bulle en entrainant les gens avec eux.

En fait, c'est le reflet d'un chaser qui ne veut pas voir d'autres points de vue que le sien. En effet, combien de chaser disent en séances de coaching :

“Je ne peux pas envisager que je me sois trompé sur cette relation”.

Et pourtant, il te faudra bien l'accepter, car tous les faits de cette dynamique relationnelle pointent dans cette direction. Attends, tu veux des kleenex ?🤧

Pas plus tard que l'autre jour, un client (et ce n'est pas le seul) m'explique qu'il est allé voir un psy et que celui-ci a donné la même opinion que moi sur “son runner”.

C'est-à-dire qu'il s'agirait d'un profil narcissique passif-agressif.

Bref, l'idée est de savoir ou on en est – et ou on veut aller.

Pour ce faire, on a besoin de soulever le capot et d'être franc, honnête, sincère envers soi-même. Du coup, faire un état des lieux par des personnes extérieures (psy par exemple) est une bonne idée. Le psy lui, il n'a ni d'actions chez Kleenex ni chez Flamme Jumelle & Compagnie.

De l'autre côté combien j'ai eu de chaser au téléphone me dire ne pas avoir parlé de leur relation FJ à leur psy de peur de passer pour un “fou”. Qui dit passer pour un fou, dit avoir peur de trouver qu'on a peut-être “un truc qui cloche là-haut”.

Soit dit en passant, quand quelqu'un est dans le déni de quelque chose, c'est qu'elle connait, a vu ce quelque chose (donc la vérité de l'information) puis va se raconter un mensonge afin de nier ce quelque chose.

Du coup, quand on est dans le déni d'une réalité X, on connait la réalité X, mais elle ne nous convient pas, alors on va modifier, truquer, arranger, mentir afin d'essayer d'avoir un résultat final qui nous convient plus.

Et j'ai une bonne nouvelle : le chaser dans le parcours FJ est très fortement dans le déni de la réalité relationnelle (voir la vidéo YouTube ici).

Maintenant attaquons l'histoire de la jalousie du runner.

Durant le parcours flamme jumelle ou le runner ne donne pratiquement rien, il va avoir des réflexions, des “crises”, des remarques de jalousie par rapport au chaser. Cela peut-être super subtil, comme un poil plus visible.

En fait, quand le chaser va commencer à ne plus montrer autant d'intérêt qu'avant, le runner va alors commencer à sentir le vent tourner.

Le runner étant en train de perdre son assise et les bénéfices que lui apporte cette relation, risque de se sentir rejeter. Il manquerait plus que le Roi ne reçoive plus toute son attention sans rien avoir à faire.

Inadmissible tout ça ! 🤣

Aussi une petite remarque de type “jalousie” s'impose.

Eh oui, il ne faut pas confondre : j'aime cette personne et je sens qu'elle me délaisse et je me sens jaloux et j'aime ce que cette personne m'apporte et c'est inadmissible qu'elle puisse me délaisser car je perds mes avantages.

Dans les deux cas on peut faire face à de la jalousie.

Et c'est là toute la subtilité et la magie de ce parcours FJ.

En effet, comme c'est subtil, tout va alors dépendre de la manière dont chaser a envie de voir et d'interpréter ces moments de jalousie de la part du Runner.

Du coup, tout cela ne pourrait pas fonctionner si cela ne résonnait pas chez le Chaser.

En effet, quand la jalousie du Runner va pointer le bout de son nez, le chaser va prendre ce signal comme étant la preuve que l'autre tient à nous.

Non chaser, l'autre ne tient pas à toi, mais à ce que tu lui apportes.

Si toi te barrer, lui plus avoir ce qui lui plait.

Ce qui lui plait ?

  • Que tu sois disponible pour lui,
  • Que tu le regardes avec des yeux de biche,
  • Que tu attendes monts et merveilles de lui,
  • Que tu sois prêt à tout lâcher pour lui,
  • Que tu nourrisses le lien physiquement ou énergétiquement,
  • Que tu sois prêt à l'aider, le conseiller, lui donner de l'attention.

Bref, ce qui lui plait est le fait de pouvoir se nourrir de ce que tu lui apportes.

Aussi tant que le chaser n'a pas fini de guérir, quand une petite pique de jalousie pointe le bout de son nez, le chaser va à la fois trouver que l'autre à du toupet, car il se permet d'être jaloux alors qu'il ne donne et ne fait presque rien pour cette relation…

Mais de l'autre côté cela va venir résonner avec les attentes du chaser qui pensera alors que s'il est jaloux, c'est qu'il a peur de NOUS perdre.

Et donc, c'est que le Runner veut cette relation mais qu'il est pas encore prêt car X ou Y.

Non, il n'a pas peur de TE perdre, mais de perdre LES Bénéfices que cette relation lui apporte.

Tu n'y crois pas et tu veux une preuve ?

Regarde simplement comment le Runner traite le chaser quand il s'agit de respect, savoir être et le savoir vivre. Il utilise à répétition et sur le long terme :

  • Fuites,
  • Silences,
  • Renversements de rôles,
  • Gaslighting,
  • Mensonges,
  • Injonctions paradoxales,
  • Traitement par le silence,
  • Compartimentage relationnel,
  • Etc…

Une personne aimant sincèrement une autre que cela soit de manière amicale ou amoureuse n'utilise ce genre de tactiques ou de comportements.

Il ne faut pas se leurrer : ces comportements sont récurrents et donc pas des  erreurs de parcours, ni des comportements dus à une personne ayant “peur de l'amour”.

C'est la fréquence et la répétition de ces comportements sur la durée qui montrer le vrai visage du “Runner”.

D'ailleurs, les runners me le confirment au téléphone.

Le problème est que dès que l'on dit le mot manipulation ou tactique, cela déclenche dans le cerveau des gens une association avec la malveillance ou la méchanceté. Alors qu'en fait, pas forcément.

C'est simplement que l'on sait que si on fait A à B, on obtiendra C.

Le runner peut effectivement être jaloux à des fins tactiques, déjà parce qu'il a l'habitude de s'adapter et de jouer des rôles (y compris avec le Chaser) afin d'avoir ce qu'il veut et aussi, car la nature de la situation (si le chaser commence à décrocher), car le Runner sait qu'il commence à perdre ses avantages.

Aussi, oui il sera jaloux de manière tactique, mais aussi de manière naturelle, car il est bien en train de perdre quelque chose dans cette relation.

Mais c'est tactiques, car la personne SAIT ce que cela va produire chez le chaser et qu'en plus, le runner n'a pas l'intention d'aller plus loin dans la relation.

Autrement dit, le Runner sort son “grand jeu” simplement pour récupérer ses 20% de la relation.

Le hic, c'est que le Chaser va penser que s'il est jaloux, c'est qu'il se rend compte de ce qu'il perd (la relation) et donc qu'il nous aime et qu'il y aura réunion.

En gros c'est l'éveil du Runner !

Du coup, il s'est éveillé combien de fois ton Runner pour combien de ZERO réunion? 🤣🤣🤣

Le runner sait très bien que le chaser est dans ce mood là et que sa tactique va fonctionner, en tout cas pendant un temps…

Pour rappel : voici 10 techniques de manipulation

  1. Recourir au chantage émotionnel.
  2. Faire culpabiliser l’autre.
  3. Menacer et intimider.
  4. Jouer sur les insécurités de l’autre.
  5. Dénigrer, critiquer et se moquer constamment de manière ouverte ou subtil.
  6. Renier l’existence de l’autre.(fuites, silences, on/off)
  7. Être ambivalent sur ses attentes.
  8. Séduire par des compliments excessifs.
  9. Utiliser la projection mentale pour manipuler.
  10. Utiliser la technique du gaslighting pour rendre l’autre fou.

Le runner est-il jaloux en vidéo :

YouTube player

Alexis Faure

⛓️‍💥 Coach Pleine Conscience.
🌱 Désactivation des Traumas.
🌱 Transformation Consciente.
🧘‍♀️ EFT ❘ PNL ❘ SDN ❘ MCBT ❘ DTMA.
🥂 +9000 coachings réalisés.
🏆 +2.3 Millions de pages lues.
👉🏻 Guérir du parcours FJ ici.
👉🏻 Guérir des dépendances ici.
👉🏻 Guérir de l'anxiété ici.

6 comments

  • Yes, c’est limpide et ça fait du bien ! Du coup, le runner a t il toujours un trouble de la personnalité : narcissique passif agressif ? Ressent il des émotions s’il est toujours dans le calcul ? Est il capable d’amour = coopération, empathie, écoute véritable ?

    J’aurai tendance à croire que oui, tant que l’autre personne n’est pas un chaser…?

    • Hello Caroline 🙂

      Dans les profils runners on va avoir “de tout”.

      Certains ont été diagnostiqué avec un trouble borderline de la personnalité, d’autres de type narcissique passif agressif, d’autres schizoides.

      L’intérêt de ces etiquettes et qu’elles permettent au chaser de se renseigner et de voir ce qui colle le plus avec son vécu dans cette relation. Cela l’aidera à sortir de l’illusion FJ.

      Sinon oui les runners ressentent des émotions comme tous les êtres humains. Et c’est justement cette quête d’émotion, remplir ce vide, qui les anime afin de se sentir vivant et au contrôl 🙂

      Sont-ils capable d’amour, coopération etc..?

      La capacité est là, encore faut-il avoir envie de l’utiliser 😃.

      • Tout cela est terriblement vrai.
        Ça fait froid dans le dos…
        Le runner est jaloux souvent quand il n a pas de tierce car il sait ce dont lui est capable…et il a peur de perdre le chaser.

        Le runner n a pas de vraie empathie. Il a surtout peur du rejet et ne veut pas que son image soit abîmée. Il coupe tout lorsqu il sent que le chaser le soupçonne….
        Ma runneuse est une narcissique passif agressif.

        Le discours JF est vraiment dangereux car il nous empêche de voir la réalité dans toute sa violence et ses aspects sournois.
        Les runner s sont de vraies personnalités pathologiques. Creusez l enfance du runner et vous comprendrez tout…
        En général le runner est vide dans son être intérieur.
        Au début ils sont top et des que le quotidien arrive ils se barrent… car ils ont besoin de vivre des lunes de miel et de l’excitation et passent d une relation à l autre des qu ils s énuient.

        Mon expérience c est
        Runner = danger.

      • Certains ont été diagnostiqué avec un trouble borderline de la personnalité, d’autres de type narcissique passif agressif, d’autres schizoides.

        J’ai décroché le pompon : il y a les 3 types de trouble, réunis !

        Le positif dans tout ça c’est que j’ai foncé tête baissée : un peu d’intensité vs le quotidien, bon…Pour moi ça reste une belle personne : on en ressort chacun grandi, mais j’ai vraiment dû stopper vu l’incohérence de plus en plus rapprochée entre actes et paroles et il ne s’en rendait même plus compte, plus comportements violents, bien trop imprévisibles : tout ce que j’espère c’est qu’il ne fasse pas revivre ce calvaire à une autre, et qu’il décide de faire de l’EFT…un jour….peut-être…Merci pour la réponse

  • Coucou Alexis,
    Tes derniers articles qui décrivent “ce que pensent les runners” sont, je trouve, plus directs et détaillés que les précédents : impossible de passer à côté de l’ampleur de la supercherie ! Merci pour ça, même si ça pique notre ego, ça a la mérite de nous sortir définitivement de l’illusion! Quant aux runners… sérieusement?! Comment peut-on autant se voiler la face sur le mal qu’on fait à un autre être humain en le manipulant dans son propre intérêt ?! Je suppose que l’illusion des runners est aussi grande que celle des chasers à penser encore et toujours que “leur autre” est quelqu’un de bien… je confirme donc : très grande illusion ! Bref je m’en vais de ce pas faire de l’EFT sur ma colère d’avoir été aussi aveugle et d’avoir pardonné à quelqu’un qui s’est comporté comme un monstre sans cœur à mon égard 😡😭😡😭

  • Je suis encore sidérée que la conclusion ne soit pas “la croyance Flamme jumelle” = danger.
    Et que l’on continue, y compris sur ce site, à utiliser les termes de chaser et runner comme s’il s’agissait d’une réalité tangible qui a pourtant à ce jour été maintes fois débunké et officialisé comme une dérive sectaire.
    Cela prouve que même ici, on est encore sous EMPRISE de ce concept qui divise pour mieux régner plutôt que de tenter l’acceptation pragmatique, si douloureuse soit elle, que tous les gens qui traversent nos vies ne sont pas voués à y rester. Nommer à leur insu des gens de runners, les décortiquer sous tous les angles dans leurs dos ne changera rien à l’affaire.
    Les commentaires sont biaisés par la croyance FJ à un point indécrottable.
    Le MAL ici ce sont tous ces illuminés qui ont entraîné des coeurs brisés dans leur délire à théoriser sur du vent et à ranger les gens dans des cases sous couvert de justifier de l’ésotérisme bancal qui pour peu qu’on utilise un minimum son discernement ne tient vraiment pas la route et se contredit lui même à de multiples niveaux.😅
    Je persiste à trouver très malaisant que des gens qui se disent chaser éveillé parlent des dit runners, “les runners pensent ceci”, “les runners pensent cela”, “ton runner souffre”, “ton runner va revenir”, les “runners sont des PN”, “les énergies du runner en ce moment”, “ce que pense le runner”, “l’enfance du runner”, “les parents du runner”, “la couleur des selles du runner à la prochaine pleine lune”, etc. Quel catalyseur !
    Et toi tu es qui dans tout ça ?!? Tu as dit quoi? Tu as pensé quoi? Tu as été dans quelle énergie dans cette relation ? Tu as cru quoi?
    Pourquoi si c’est un tel démon, le yin, donc la partie ombre du duo, tu veux absolument te définir et te proclamer dans un lien indestructible de Flamme jumelle avec une telle personne si ignorante et si peu vertueuse ? Pourquoi t’infliger et choisir une telle malédiction, un tel conditionnement en te dédouanant de toute responsabilité et en disant “c’est pas moi c’est la sooooource”. La source me veut en couple cosmique avec un mufle mais comme on l’appelle runner ça va, j’encaisse et je reste. Si c’est pas dans cette vie ça sera dans une autre. Ouai ben si yen a une autre coco, tu es prêts à prendre le risque de baser ta vie,. potentiellement la seule et l’unique sur un tissus de croyances donc d’incertitudes😬
    Alors je comprends, pour l’avoir vécu aussi, que le silence de l’autre soit une porte ouverte à le meubler de toutes les théories et suppositions les plus folles, mais j’espère que vous êtes conscient.e.s que tant que ça ne sort pas de la bouche de l’autre, ça reste votre point de vue et vos croyances biaisées par le mal qu’il vous a fait puis ensuite par le mal que vous a fait ce concept à la con en relais pour meubler le vide laissé par le silence de l’autre et que la raison de son silence et de sa fuite, LUI seul la sait? Certainement PAS internet et cela, peu importe la source (d’information voire désinformation)?
    Tout ça pour pas juste en conclure que: la relation est toxique, les deux pas compatibles, ça marche pas, notamment parce que l’un veut une certaine relation et pas l’autre, il faut en faire le deuil malgré le potentiel que l’on croyait percevoir au début.

    Mettez vous à leur place.
    Soyez honnêtes: avec combien de gens qui se sont amourachés de vous à sens unique, le leur, avez vous pu rester en relation saine derrière….sans les distancier un minimum…par du silence notamment et ouai, la seule différence c’est que vous faites parti de ceux qui se positionnent et que là on a du mal à comprendre pourquoi ceux qu’on s’acharne à appeller “runner” continuent à venir nous chercher, nous relancer, alors qu’au final, factuellement dans leur mauvais comportements, ils se sont déjà positionnés de façon explicite depuis LONGTEMPS pour ceux qui veulent bien le voir. En gros ils surfent sur la vague d’attachement du chaser qui lui non plus ne part pas, alors pourquoi s’en priver ?! Parce qu’une part de lui se raconte, et encore plus s’il a le malheur de tomber sur les définitions Flammes jumelles pendant la relation en dents de scie, que quelque chose de cool reste possible, malgré les redflag et les incohérences de l’autre.

    Ce ne sont pas des runners, ce sont juste des gens PAS intéressés par la même chose que soi et avec le même degré d’implication, qui voudrait juste une relation légère et sympa sans prise de tête et qui se retrouve en posture de domination parce que l’autre est en demande de plus et qu’ils en profitent pour flatter leur égo ou n’osent pas être clairs car vous restez malgré leur inconsistance et leur inconsidération à votre égard. Ben oui, vous savez que l’option de partir, faire silence, n’est pas réservé à l’autre si vous ne trouvez pas votre compte dans la dynamique relationnelle ?
    Alors oui, quelqu’un de pas intéressé mais sain se POSITIONNE avec des mots quitte à avoir le mauvais rôle et ne lâche pas des miettes pour garder l’autre sous le coude et entretenir de faux espoirs. Mais en faisant ça on accepte la possibilité de perdre l’autre et ce qu’il nous apportait. Tous ne sont pas prêt à prendre ce risque et certains préfèrent maintenir le flou, surtout s’ils n’ont pas mieux à disposition. C’est la différence entre ceux qui ont besoin de bouche trou et ceux qui préfèrent être seuls que mal accompagnés et l’assumer. Rien de foufou et de supérieur là dedans. Juste deux conceptions des relations différentes. Car n’oublions pas que ce qui différencie une FJ d’un humain lambda c’est sa mission d’amour divine. Pas capable d’être en relation saine avec “leur” autre mais capable d’élever l’humanité d’un amour planétaire inconditionnel. 😅😅😅🤣🤣🤣🤣🤣 Oui, à un certain stade, l’auto dérision est salvatrice, c’est un peu le seul luxe qu’on peut se payer, alors pourquoi s’en priver ?

    Il y a un gros manque dans l’équation, de ne pas avoir une lecture omnisciente de chaque témoignage d’auto proclamés Flamme jumelle, au minimum avoir les deux versions de l’histoire. Pour moi, on ne peut pas atteindre l’honnêteté intellectuelle avec un seul point de vue. Alors l’éveil spirituel ? N’en parlons pas.
    Et vous allez me dire (ouai c’est chiant quelqu’un qui pense et parle à votre place hein🤣) ben oui mais le runner quand on lui met un ultimatum ou qu’on lui montre qu’on a compris la dynamique relationnelle malsaine et qu’on y participera plus, il Ghoste, fuit, fait silence, ne répond plus…on est obligé de faire les questions et les réponses pour 2!
    BEN OUI, Voilà il n’a plus le cul entre deux chaises, enfin, car vous non plus, il est au pied du mur et n’a plus le choix que de se positionner de façon plus explicite après les redflag qu’on a ignoré encore et encore. Le silence est une forme de communication. Et la dernière réponse à votre positionnement que vous avez tardé à acter. En fait si vous voulez que l’autre se positionne, positionnez vous. N’attendez pas qu’il le fasse parce que certains ne se mouillent jamais en premier.

    L’autre que vous appelez à foisons runner, n’a été qu’un des personnages physiques puis virtuel de cette fable, un pion dans le fantasme aggravé pas cette littérature FJ allienante au possible.
    Quand on lit des témoignages qui disent que le runner a été capable des pires crasses à leur égard mais qu’il s’est engagé avec respect et fluidité déconcertante avec une autre ce n’est pas assez explicite, comme positionnement ?
    Mais en fait qu’il soit runner, ou non, dysfonctionnel officiel, PN vulnérable, introverti ou juste évitant, on s’en fou non? Quand c’est pas la relation avec nous le problème et qu’il réitère avec une autre les mêmes comportements de runner, est-on sérieusement censés l’appeler “la tierce”, là où “la pauvre” serait plus approprié quand on sait le mal que sa gougeaterie peut faire ? Et du coup, ça ne peut pas faire d’eux des runners, et encore moins “le nôtre”, ben NON puisque les runners n’ont qu’une FJ au monde (🤣) leur chaser, à qui ils sont censés réserver leur comportement de merde divine. Bon ben du coup on les appelle comment s’ils rejouent la tragédie avec une ou plusieurs autres personnes ? Et surtout c’est quand qu’on arrête de se poser les mauvaises question?
    C’est pas le héros de la narration. De toute évidence il faut renoncer à son point de vue, oui ça fait chier le cerveau de ne pas savoir le pourquoi du comment, et de devoir apporter seul.e le point final, mais c’est ainsi. Tout le reste est de l’ordre de la supposition personnelle, une perte d’énergie, c’est rester dans une posture de chaser, qui déjà n’est qu’une illusion, une invention pour servir le commerce de Madame Irma, un titre inventé par des gourous, mais ne sert absolument à rien concrètement dans la relation à l’autre et en plus, impose une posture qui est merdique non?
    Alors vraiment qui peut répondre à cette question, de manière saine, étayé, argumentée, au delà de répéter des discours érigés par d’autres et de s’acharner à y faire coller son vécu : pourquoi maintenir ce terme de runner quand il existe déjà dans la très riche langue française pléthores de synonymes pour qualifier une relation déséquilibrée et une personne pas sur la même longueur d’ondes que soi et qui en profite pour abuser?
    Inventer un mot qui n’existait pas dans le langage humain, pour faire passer quelque chose de déviant pour spirituel, c’est une technique sectaire. Ni plus, ni moins.