Qui ne tente rien n'a rien - Comment avoir confiance en soi (Partie 1) • Change Ta Perception ≫ Guérir de son parcours flamme jumelle.
Les Principes du succès > Qui ne tente rien n’a rien – Comment avoir confiance en soi (Partie 1)

Qui ne tente rien n’a rien – Comment avoir confiance en soi (Partie 1)

confiance en soi

Le manque de confiance en soi est un problème qui touche tout un tas de personnes. En fait, il touche pratiquement tout le monde car face à la nouveauté, au challenge et donc au changement, notre confiance en Soi peut être ébranlée tôt ou tard.

Mais ici nous allons surtout parler du manque de confiance en Soi qui paralyse et empêche une personne de faire des choses de la vie quotidienne.

Je vous donnerais également dans l'article (partie 2) une technique à appliquer afin d'avoir plus confiance en vous.

D'où vient le manque de confiance en soi ?

Le manque de confiance en soi se manifeste lorsque tu as un désir, mais que tu n'arrives pas à te lancer, à mettre des actions en place pour atteindre & accomplir ton désir.

Face à ce constat répétitif, tu vas alors estimer que tu manques de confiance en toi. Mais ce n'est qu'une demi-vérité…

En fait tu ne manques pas de confiance du tout.
Tu places juste tout ton capital confiance au mauvais endroit !

De ce fait, tu as fait le choix de ne pas être heureux et de ne pas atteindre tes objectifs.

Pour bien comprendre cette annonce un peu choquante et pourtant tellement vraie, faisons une petite analyse des phrases suivantes qui vont te permettre de tout comprendre.

Utilise ta logique et met ton émotionnel de côté 5 minutes :

  • Je n’ai pas confiance en moi.
  • Manque de confiance en soi.

Si tu ne places pas ton capital confiance en toi/en ton soi/en qui tu es, c'est que tu as placé toute ta confiance ailleurs, mais ou ? Et la réponse est très simple :

Tu places presque toute ta confiance en ton mental.

En chacun de nous, il y a Moi et mon Mental et il nous faudra faire un choix.

  • Soit on écoute le mental (peurs).
  • Soit on écoute son Soi (coeur).

Sauf que…

  • Si on écoute ses peurs, on ne peut pas écouter son coeur.
  • Si on s'écoute son coeur, on ne peut pas écouter ses peurs.

Et voici pourquoi tu places tout ton capital confiance dans ton mental :

Tu crois dur comme fer que le scénario de la peur est celui qui va se manifester si tu suis le désir de ton Coeur. Tu as donc plus confiance en la prophétie de tes peurs qu'en celle de ton Coeur.

On peut résumer le manque de confiance en Soi par une simple phrase :

Le manque de confiance en soi est le résultat d'un choix :
Celui de placer tout son capital confiance en ses peurs plutôt qu'en son coeur.

Tu fais ce choix, car face à ton nouveau désir, ton mental sait que tu vas devoir sortir de ta zone de confort. Son but étant de te protéger, il va t'envoyer des scénarios catastrophes pour te montrer le pourquoi du comment “que ça va pas marcher”.

Et ton mental est très bon à ce petit jeu.

Il lancera alors des films mentaux, des sensations corporelles, des boules au ventre, de la peur, des mains moites, une paralysie du corps, des palpitations au niveau du plexus, des pointes au coeur et ainsi de suite pour bien te faire comprendre que c'est pas une bonne idée.

Que tu le veuilles ou non, tu vas constamment savoir “où tu veux aller” en constatant “ne pas pouvoir y arriver”. Finalement, chaque fois que tu cèdes devant la peur tu vas stagner dans ta zone de confort.

Du coup tu as l'impression d'être bloqué, car il y a “quelque chose de plus fort que toi”.

L'illusion des influences extérieures.

Aaaaaaaah et là, quand cette phrase est prononcée “il y a quelque chose de plus fort que moi” c'est le début des emmerdes, car le terreau est maintenant fertile à un des plus grands problèmes de l'humanité : le mode victime.

Admettre que quelque chose est plus fort que toi, c'est admettre que visiblement tu ne peux rien faire. C'est donc admettre ta propre défaite. C'est un argument bloquant car tu estimes être moins fort que “ce quelque chose”.

Tu affirmes donc sans vraiment le dire, que tu es un perdant, que tu t'avoues vaincu…

Tu vas alors rentrer dans un cercle vicieux qui est le fondement du “manque de confiance en soi” et de plein d'autres problèmes : croire qu'il y a une influence extérieure qui contrôle ta vie.

Dire que quelque chose est plus fort que toi, sous-entend qu'il y a toi et autre chose. Mais en vérité, tout est en toi, car il y a toi et ton mental, en toi

Tout se passe en toi et non à l'extérieur.

Autrement dit, une personne qui dit ce genre de choses : “c'est plus fort que moi” est une personne qui est très peu éveillé, car “ce plus fort que soi, c'est son mental, sa programmation mental” mais elle pense que “la vie, dieu, ou je ne sais quoi à l'extérieur d'elle même est plus fort qu'elle”.

La personne n'ira donc pas creuser au bon endroit (encore une fois).

  • Elle mettait déjà toute sa confiance dans ses peurs (mauvais endroit).
  • Maintenant, elle cherche une cause à l'extérieur d'elle même (mauvais endroit).

Ce n'est donc pas étonnant que la personne soit totalement pommé !

Maintenant tu comprends pourquoi on parle d'Éveil Spirituel : soit la prise de conscience qu'on est principalement piloté par des programmations du mental dont on peut s'extirper.

Mais voici pourquoi on place toute note confiance dans nos peurs :

Les désirs du coeur :

Ils se manifestent de manière agréable, sous le coup d'une impulsion, d'une envie, de légèreté, sans forcer, tout en suggérant, en murmurant le chemin à prendre…

Les désirs du mental :

Ils se manifestent sous forme de peur bruyante, avec tout un tas de ressentis physiques désagréables pour qu'il soit sûr que tu l'entendes bien. Il va tenter de te forcer la main afin de suivre son chemin…

Autrement dit, quand tu désires suivre ton coeur et que cela t'amène dans une direction qui ne respecte pas ta programmation mentale, les peurs vont réagir de manière très forte avec toutes les sensations décrites plus haut.

Finalement tu décides d'écouter tes peurs, car tu les prends pour une source d'autorité car elles se présentent très fortement. Par automatisme face à une émotion négative, tu vas refouler et éviter le chemin du coeur, car c'est en envisageant de suivre ton coeur que tes peurs se réveillent.

Autrement dit : suivre son coeur = pas bien !

Mais Einstein ne disait-il pas :

L'obéissance aveugle en l'autorité est le plus grand ennemi de la vérité

Sauf que ta vérité est la mélodie de ton coeur, de ton âme, de Qui-Tu-Es et non le brouaha des peurs de ton mental faisant “mine d'autorité” car il crie plus fort que ton Coeur.

Finalement sans trop le savoir tu associes : bruit fort = autorité = intuition car c'est le “son” que tu entends le plus facilement sans faire le moindre effort.

Alors que le son de la vérité est plus doux, plus calme et que pour l'entendre… il faut simplement faire taire ce mental si bruyant (alias méditation, Sédona, Eft, libération émotionnelle).

Finalement, tu es constamment écartelé entre les désirs de ton Coeur et celui de tes peurs.

  • Ton Coeur va toujours t'appeler à choisir le bonheur en sortant de ta zone de confort.
  • Ton Mental va toujours t'appeler à choisir les peurs pour que tu restes dans ta zone de confort.

T'es malheureux lorsque tu écoutes tes peurs tout en ayant conscience des désirs de ton coeur !

Le mental ne cherche ni ton bonheur ni ton malheur. Il cherche simplement à te garder en vie. D'ailleurs, il ne comprend pas les désirs du Coeur.

Ne dit-on pas : “Le Coeur à ses raisons que la raison ignore” ?

Finalement, si on revient à ce “manque de confiance en soi”, cela signifie simplement que tu as choisi d'abandonner les désirs de ton Coeur au profit de tes peurs.

Mais comme tu n'assumes pas ce choix, tu vas alors entrer dans le rôle de la victime afin d'expliquer et justifier pourquoi tu es dans cette situation.

La maladie de l'Excusite

Bien qu'écoutant tes peurs, tu continues d'entendre l'appel de ton coeur, ce qui te fait te sentir mal, car au fond tu sais que tu as choisis le mauvais chemin.

Du coup, tu vas utiliser le mode Victime et l'Excusite afin d'étouffer la voix(e) de ton Coeur.

En étouffant la voix(e) du coeur, tu vas entrer en résistance avec toi-même, ce qui va créer encore bien plus de frustration, de culpabilité, de regret et de déni et de mensonges et d'impuissance vis-à-vis de toi-même.

En fait sans trop le savoir t'es tellement piloté par le mental que je devrais dire que c'est le mental qui active le mode victime afin de bien te faire passer la pilule, mais bon, si je rentre dans les couches et sous couches des mécanismes du mental, on est pas couché. 🙂

Finalement tu finiras pas croire à ce nouveau personnage qui, avant même de tenter quoi que ce soit aura déjà trouvé tout un tas de raisons pour justifier pourquoi cela ne sert à rien de se lancer, car, de toute façon, cela ne marchera pas.

Voici alors le style de mots qui vont sortir de la bouche d'une victime :

  • Mais c'est plus fort que moi,
  • C'est comme ça,
  • C'est à cause de Pierre,
  • Je n’y peux rien,
  • Je peux pas faire autrement,
  • J'ai pas le choix,
  • C'est trans-générationnel (celle-là je l'adore, c'est la big excuse des losers)
  • C'est héréditaire (je la remets, c'est une variante, mais je l'adore),
  • C'est génétique, (bah oui j'adore les synonymes)
  • C'est le karma, (Celle là, c'est ma préférée !)
  • L'univers veut que ça soit comme ça, (mais bien sûr…)
  • C'est Dieu qui n'est pas d'accord, (oui il aime pas ta gueule…)
  • Les anges m'ont dit que (ils se font chier l'hivers, alors ils viennent te parler)
  • C'est que ce n’est pas le bon moment, (oui attendons que tous les feux passent au vert)
  • Bla-bla-bla bla,

Le point clé du discours d'une victime ?

C'est toujours un évènement extérieur qui est la cause de sa situation mais jamais eux.

Par définition la victime est donc impuissante, car sa situation “lui arrive”, lui “tombe dessus”, elle ne l'a pas demandé, ne l'a pas créer, n'en est donc pas responsable… Elle ne peut donc rien changer vu que le résultat de cette situation n'est pas un résultat de ses pensées/décisions/actions.

La belle affaire !

Franklin D. Roosevelt disait :

Les gagnants trouvent des moyens, les perdants trouvent des excuses.

Finalement la victime est friande de ce qu'on appelle la maladie de l'Excusite. Voici la définition d'une excuse que j'utilisais pour former mes équipes en marketing de réseaux :

Une excuse est un argument réel ou non utilisé pour justifier
pourquoi on en est au point A alors qu'on devrait être au point B.

Eh ouais, car si on remonte à la définition du manque de confiance en soi :

  • À la base on a désir d'accomplir quelque chose (Passer du Point A à B)
  • On choisit d'écouter le scénario catastrophe du mental (Peurs),
  • On choisit alors de renoncer à notre désir (Point B).
  • On n’assume pas notre décision : (rester au Point A)
  • On choisit alors d'avoir recours aux excuses pour justifier la situation (rester en A),
  • On choisit de jouer le rôle de la victime impuissante et non responsable.
  • On accuse alors des situations, évènements extérieurs de notre situation.

De cette manière on pense avoir réglé le problème…

Ce qui est en partie vrai car le mental avait un problème ->Toi qui voulait sortir de ta zone de confort pour suivre ton coeur. Il a alors bien fait son job en utilisant ses outils afin de t'y faire rester !

Son outil préféré : la peur !

Technique de reformulation

Attention à ne pas confondre une excuse avec un constat de la réalité.

Une excuse est utilisée pour justifier un non-résultat, alors que le constat est bien différent. On peut constater un blocage, une barrière, un obstacle tout en cherchant un moyen de le contourner :

Les gagnants trouvent des moyens, les perdants trouvent des excuses.

Voici un exemple avec la perte de poids :

Un perdant dirait : Je n'arrive pas à perdre du poids car mon métabolisme est bas, c'est génétique !
Un gagnant dirait : Je n'arrive pas à perdre du poids car mon métabolisme est bas, mais je suis certain qu'il y a une solution et je vais la trouver d'une manière ou d'une autre…

Dans la bouche du perdant, le surpoids est une fatalité, on ne peut rien y faire : “c'est comme ça”.

Dans la bouche du gagnant par contre, la personne reconnaît une difficulté, mais décide de trouver une solution quoi qu'il arrive. La fin de la phrase donne une tournure positive, une sortie positive et donc une finalité positive.

Ceci va faire que la personne va décider de donner un ordre à son mental : celui de chercher une solution.

Avec la répétition de cet ordre, le mental va se mettre en mode “scanner” et finira par t'alerter et/ou avec la loi de l'attraction, te mettre au bon endroit, avec les bonnes personnes, au bon moment.

Avec la mentalité du gagnant, ton mental devient ton outil et non ton maître…

S'entraîner reformuler son dialogue intérieur est la base du développement personnel, si tu es nouveau, commence par là !

D'une part tu prendras consciences des mots que tu dis, donc dans une certaine mesure tu seras plus conscient de toi-même ainsi que de tes automatismes de pensées, paroles, actions.

Ensuite tu devras faire un effort conscient afin d'arrêter “une parole” avant qu'elle ne sorte car tu l'auras détecté dans ta tête pour la reformuler. C'est du Fitness mental quoi. 🙂

Maintenant nous allons voir une autre technique que le reframing afin d'avoir plus confiance en soi que tu vas pouvoir appliquer dans la vie concrète via des actions.

Alexis Faure

🔆 Somatic Trauma Therapist.
🔆 Nervous System regulation.
🔆 EFT ❘ PNL ❘ SDN ❘ MCBT ❘ TCC.
🔆 + de 6000 coachings effectués.
🔆 + de 1.4 Millions de pages du blog lues.
🧘‍♂️ Coaching FJ 👉🏻 ici.
🔥 Programme Cendres à Renaissance 👉🏻 ici.

Ajouter un commentaire