Flamme jumelle : Quand l'un est Empathe cognitif et l'autre empathe émotionnel. • Change Ta Perception ≫ Guérir de son parcours flamme jumelle.
Tous les Articles Flammes Jumelles > Flamme jumelle : Quand l’un est Empathe cognitif et l’autre empathe émotionnel.

Flamme jumelle : Quand l’un est Empathe cognitif et l’autre empathe émotionnel.

empathe

L'autre jour j'ai écris un article sur les hauts potentiels émotionnels et intellectuels. Si tu as envie, tu peux aller faire le petit test afin de savoir si t'es neuro-atypique. 🤓

Dans cet article on va parler des “flammes jumelles”, du Runner et du Chaser, car comme tu vas le voir il y a de fortes chances que toi et ton Runner soyez des hauts potentiels. Je dis de fortes chances, car bien évidemment tout dépend de chaque personne.

Cependant, de ce que j'ai pu voir pour l'instant et également au travers de témoignages de chaser et runner, pas mal d'entre eux ont été catégorisés de HPI ou HPE.

Si on fait une grande tendance générale : le Runner serait un empathe émotionnel et le Chaser en empathe cognitif. Bien évidemment comme d'hab, j'explique les choses en “blanc ou noir” pour que cela soit plus simple et cela ne peut pas coller à tout le monde.

Comprendre ces thématiques va nous permettre de mieux comprendre à la fois les différences Runner/Chaser, mais surtout leurs complémentarités et leur similarité comme dans l'article synthèse Runner/Chaser.

La complémentarité Runner/Chaser

Comprendre ces différences te fera comprendre l'énorme complémentarité du couple flamme jumelle. Encore une fois je le répète par complémentarité, il ne faut entendre complémentarité dans “fait pour être ensemble” mais complémentarité des opposés en terme de programmations mentale et de ce que chacun peu en faire pour soi-même. Nuance qui fait toute la différence.

  • Le Chaser est un empathe intellectuel.
  • Le Runner est un empathe émotionnel.

Mais on voit aussi que :

  • Le Chaser est “Yang” et doit développer son “Yin”.
  • Le Runner est “Yin” et doit développer son “Yang”.

Autrement dit… l'un est le miroir pour l'autre. Ce qui permet alors de savoir, dans une optique non de “couple” mais de travail sur soi, ce que l'on peut bosser.

Le Chaser Yang est pro actif, s'affirme, a confiance en lui, est très mental, acte facilement dans la matière, ose dire ce qu'il pense, décide facilement et rapidement, prend les choses en mains etc… Par contre niveau lâcher prise et ouverture émotionnelle, c'est une bille LOL ! 🤣

Le Runner Yin est la tête dans les nuages, insouciant en général, vit dans la lâcher prise (en général) est très intuitif et est hyper sensible émotionnellement, créatif, artistique. Par contre niveau expression de soi, confiance en soi et s'affirmer, c'est une bille aussi. 🤣

Du coup :

  • Le Chaser pourra s'inspirer du Runner et développer son “yin” donc le côté lâcher prise.
  • Le Runner pourra s'inpirer du Chaser pour développer son “Yang” et oser s'affirmer et dire ce qu'il pense.
  • Le Runner n'arrête pas sa vie en découvrant la relation “FJ”
  • Le chaser arrête sa vie en découvrant la relation FJ (attente, patience que l'autre revienne).

Autrement dit ici par exemple, le Chaser peut aussi s'inspirer de cela. Si le runner ne met pas sa vie sur pause alors qu'il y a soit disant un “contrat karmique” et toute la clique, alors moi aussi je peux faire pareil. Sauf que ce faisant le Chaser via sa dépendance va sentir que quelque chose de “plus fort que soi” l'empêche de tirer sa révérence.

Autrement dit, si tu prends cette relation comme source d'inspiration et de travail sur soi, cela peut-être une vrai mine d'or. Question réunion et “couple” par contre c'est une autre histoire, mais si tout le monde parle de réunion lol.

Mais c'est quoi un empathe cognitif et émotionnel ?

– Un empathe cognitif (chaser) est quelqu'un qui va facilement décrypter et comprendre les mécanismes psychologiques de son interlocuteur mais ressent peu les émotions de son interlocuteur.

– Un empathe émotionnel (runner) est quelqu'un qui va facilement capter et ressentir les émotions de son interlocuteur mais comprend peu les mécanismes psychologiques de son interlocuteur.

Le Runner est une girouette émotionnelle par son hyper sensibilité et c'est ce qui fait de lui une personne facilement manipulable. Eh oui, le Runner est un hyper sensible qui va :

  • Capter et vivre l'émotionnel des gens autour de lui.
  • Être noyé sous son propre émotionnel en fonction de ce qu'on lui dit.

Autrement dit le Runner est doublement vulnérable émotionnellement.

  • D'un part par l'émotionnel de son interlocuteur.
  • D'autre part par l'information qu'il va entendre.

Du coup face à un manipulateur qui va jouer sur le discours mais aussi moduler son propre état émotionnel, le Runner est alors pris dans un étau. Il sera complètement noyé dans l'émotionnel.

On pourra alors jouer sur sa psychologie vraiment facilement.

Maintenant que tu as compris cette différence (et il y en a d'autres) tu pourras travailler sur toi en utilisant ces différences.

Si tu veux te libérer de la souffrance de ce parcours je t'invite à cliquer ici et prendre rendez-vous en thérapie comportementale cognitive.

Alexis Faure

⛓️‍💥 Coach Pleine Conscience.
🌱 Désactivation des Traumas.
🌱 Transformation Consciente.
🧘‍♀️ EFT ❘ PNL ❘ SDN ❘ MCBT ❘ DTMA.
🥂 +9000 coachings réalisés.
🏆 +2.3 Millions de pages lues.
👉🏻 Guérir du parcours FJ ici.
👉🏻 Guérir des dépendances ici.
👉🏻 Guérir de l'anxiété ici.

6 comments

  • Ben nous on est chacun les deux: hypersensible (empathique etc) ET hyper analytique. Il n’y en a pas un qui est l’un et l’autre qui est l’autre. Mais évidemment ça dépend des moments. Un coup c’est l’intellect, le rationnel qui prend le dessus, un coup c’est les sensations. Chacun sa part du gâteau quasi 50-50 je dirais. C’est la même chose pour tout ce qui est caractéristiques types yin ou types yang. Chacun en prend certaines de chaque polarité, mais pas les mêmes (en inversé). Et idem pour les blessures (encore que là, vu qu’il y a bien eu une petite dynamique chaser (lassé rapidement et supportant pas tout ce qui est jeu de “fuis moi je te suis” donc sans suivre de façon exagérée bien longtemps)-runner, sans doute que les proportions abandon/ rejet n’étaient pas à 50-50 pour le coup). C’est juste que chacun malgré ça est différent de l’autre, n’a pas les mêmes points de susceptibilité, façon egotique de réagir etc. Donc pour ceux qui envient les parcours soit disant “récents”, courts pre-compenses et tout le schmilblick… malgré ça (et malgré une grosse nuit noire de l’âme AVANT la rencontre, ça n’a pas empêché le WTF, l’altération de la communication, les petites séparations et petites nuits noires associées, puis la grande séparation ou bizarrement limite ça va mieux 🤗😊). Bref, comme quoi pré compensés ou pas, y a un sacré taf. 🧗

  • Bonsoir Alexis,
    Merci pour ce bel article encore une fois très pertinent.
    Je m’interroge cependant sur le fait que le runner puisse être à la fois empathe et narcissique en même temps.
    Je ne suis pas psychologue mais j’ai toujours eu l’impression qu’on opposait ses deux personnalités comme s’il n’était pas possible qu’elles puissent coexister chez quelqu’un.
    As-tu une idée de comment cela peut-être possible ?
    Bonne soirée et merci pour ces supers articles que tu nous partages. 🙂

    • 1)Aucun test sur internet ne vous dira si vous êtes surdoué ou non. AUCUN. Pour la bonne raison qu’il n’existe pas de fuite des tests officiels que vous passez chez un professionnel de santé. Cela comporte les tests, longs, sur plusieurs séances, l’anamnèse et l’observation clinique. L’auto diagnostic est impossible. (Source: psychiatre spécialisé HPI, neuropsychologues etc).

      2) ah donc là encore, après chaser et runner, on serait forcément soit HPI soit HPE… dualité toujours. Seul le HPI est diagnostiqué et la plupart présente toutes les caractéristiques de ce qu’on appelle le HPE.🙄🙄🙄 Donc là encore véhiculer l’idée qu’on est soit, soit l’autre 🥱

      3) Mais comme on veut nous faire miroiter une complémentarité d’opposes, pour expliquer la séparation, puis faire miroiter la réunion, ben oui il faut en effet que l’un soit une chose et l’autre son inverse. 🙄

      4)la réalité est beaucoup plus nuancée et alors coller le yin et le yang à l’un et à l’autre, n’en parlons pas, si on emprunte du vocabulaire d’une philosophie taoïste il faut déjà la comprendre et en l’occurrence séparer le yin du yang dans deux personnes distinctes (sous prétexte que l’une aurait plus de l’un et l’autre de l’autre) prouve que rien n’est compris à ce niveau puisqu’il s’agit d’un continum qui circule en toutes choses et non pas pas de zones séparés en cycle fermé…. (Comme un QI qui se calcule, encore que même là, il ya des subtilités).

      5) oui il faut faire équipe pour faire marcher une relation, on ne peut qu’être d’accord avec cette évidence et toute cette partie de l’article. Mais c’est le cas de toute relation qui se veut saine, pas besoin d’être fj pour en venir à cette conclusion qui enfonce des portes ouvertes.

      6) Dire qu’on est soit hyper analytique soit hyper sensible, c’est clairement NIER la réalité factuelle des personnes qui ont un diagnostic de surdoué (et qui se sont pas juste collé une étiquette tout seul dans leur chambre en faisant un test sur le net😆).

      Alors … à qui profite ces constantes notions de séparations, ces étiquettes pour définir l’un ou l’autre, de qui est chaser/ yin/yang/ runer/ HPI/ HPE (on attend avec impatience la prochaine étiquette 🤣🤣 qui permettra de vendre le prochain programme de travail sur soi).

      N’est il par urgent d’arrêter le déni d’un continum de subtiles nuances que l’on retrouve en réalité chez LES DEUX comme en tout être humain sur cette terre?

      N’est ce pas d’abord urgent de savoir comprendre ses parts intellectuelles, émotionnelles, yin, yang, fuyantes, dépendante en SOI. Faire équipe avec toutes ses nuances et toutes ses parties de soi….tous ses paradoxes?

      Quand bien même on aurait des détecteurs pour nous dire à quel pourcentage on serait yin, Yan, hpe,hpi, runner, chaser, névrosé, et où il faudrait aller compenser quoi…
      Rien ne peut remplacer le désir de faire équipe et travailler ensemble, communiquer etc. Il n’y a que ça qui marche.
      Quand le respect et la réciprocité n’y sont plus il n’y a plus de confiance. On ne construit aucune relation sans ça.
      Pas besoin d’aller chercher des explications spirituelles quand tout peut s’expliquer avec logique et cause à effet avec un vocabulaire lambda.

  • c’est là où il faut bien voir les nuances
    je cite M

    Plus on est connecté à ses émotions, plus on est capable de ressentir celles des autres parce que l’empathie n’a pas seulement une composante émotionnelle mais aussi une composante cognitive.
    Les formes d’empathie
    Les 3 formes d’empathie

    Il y a une premier classement que l’on pourrait établir en 3 formes différentes :

    1. La première forme est une empathie purement cognitive. C’est être capable de voir les choses du point de vue de l’autre. C’est celle qui se confond avec la sympathie parce qu’on ne prend qu’une perspective de l’autre sans prendre les sentiments. Quand on ressent cette forme d’empathie, on comprend l’autre mais on n’est pas impliqué dans ses émotions.

    2. La seconde forme pourrait s’appeler « détresse personnelle ». Cela consiste à se noyer dans les émotions de l’autre. On est tellement débordé par l’émotion de l’autre que l’on est en détresse soi même. On ne parvient pas à faire face à nos propres émotions.

    3. La troisième forme d’empathie pourrait s’appeler le « souci de l’autre ». C’est la définition que nous avons généralement quand nous parlons d’empathie. Cela implique de reconnaître l’état émotionnel de l’autre. On est lié à l’émotion de l’autre et capable de ressentir et de manifester sa préoccupation.

    • Oui et selon les moments, on peut avoir un type d’empathie qui se déclenche.
      Mais la plupart des gens ont les 3.
      Moi je suis souvent dans la 2, débordée MAIS pas toujours, j’ai aussi l’empathie cognitive sans me faire envahir (sang froid) et le soucis de l’autre. Mais la deux étant plus intense, elle impacte plus, marque plus. Pour autant elle n’est pas celle qui me définit, puisque la 1 et 3 sont aussi présentes….

  • oups ce commentaire est parti sans prévenir…MDR
    Je voulais citer Mary Gohin qui décrit les différentes formes d’empathie qui me semblent intéressantes