Pourquoi le Runner fait tout pour garder son couple (Partie 1)

S’il y a bien une énigme dans toute l’histoire des flammes jumelles, c’est bien celle-ci :

Pourquoi un Runner reste accroché à son couple comme une moule à son rocher alors que l’Amour qu’il a toujours cherché danse la Zumba juste devant son nez ?

Et c’est d’autant plus incompréhensible quand on sait que le Runner n’est pas amoureux de son partenaire, car il nous le dit lui-même. Voici donc quelques explications.

Une moule à son rocher.

En fait l’explication est super simple, et j’ai amorcé un début de réponse dans l’article précédent qui expliquait pourquoi le Runner partait dans des thématiques comme le Yoga, le développement personnel sans vraiment travailler au bon endroit.

Il fuit comme la peste son sentiment d’insécurité.

Pour que tu comprennes bien…

  • Le Runner a peur de l’amour alors il le fuira et toi avec.
  • Le Runner a peur de lui-même alors il se fuira lui.

S’il fuit l’amour, toi et lui-même, il lui reste quoi alors ?

Le faux, les autres, l’entourage, le monde extérieur.

Du coup quand il est en relation, son couple devient la clé de sa sécurité. Cette relation aura pour unique but de combler son manque gigantesque de sécurité.

S’il est dans l’insécurité seul, il lui faut alors quelqu’un qui lui apporte de la sécurité.

Pourquoi rester quand c’est dysfonctionnel ?

Lâcher son couple c’est bien trop dangereux, car celui lui ferait vivre ses plus grandes peurs : le sentiment d’insécurité, d’impuissance, de perte, de rejet, la solitude et donc une sorte de “mort”.

En fait, il vivrait un sentiment de néant.

Seul, le Runner est complètement perdu, il n’a plus de repères, ne sait plus où aller, ne sait plus quoi faire, n’a plus de cap. S’il était seul, il devrait prendre ses décisions en fonction de ses goûts et couleurs sauf qu’il ne sait pas vraiment qui il est.

Il a passé sa vie à jouer des jeux afin de paraître bien aux yeux des autres et s’identifier à d’autres personnages. Toute sa vie a toujours gravité autour et en fonction des autres.

En fait le Runner se nourrit du regard des autres.

  • Seul, qui va le regarder ?
  • Seul, quelle est son identité ?
  • Seul, dans quelle direction aller ?

Mais surtout, pour faire quelque chose, le Runner a besoin d’être en sécurité d’abord. Seul il est totalement pétrifié. Il aura besoin de quelqu’un à ses côtés pour commencer à vivre

Du coup, quitter son couple, c’est comme un “suicide intérieur” d’une certaine manière. Seul il n’a aucune idée de comment vivre. C’est pour cela qu’il dira des trucs du genre :

  • Mais je n’arrive pas à la quitter.
  • Je ne me vois pas vivre sans elle.

Tu m’étonnes mon pote, t’es complètement à la masse sans ta béquille, car il faut appeler un chat un chat, sa relation est une béquille, un bouche-trou, ni plus ni moins.

À un moment, il faut arrêter d’édulcorer les choses.

Une perte d’identité

Le hic, c’est qu’il aimerait bien aller vers son Chaser, mais là aussi ça craint, car le Runner a associé amour est égale souffrance et perte de liberté…

Donc je récapitule :

  • Il ne peut pas être seul, car cela serait mourir.
  • Il ne peut pas être avec son Chaser, car c’est souffrance et perte de liberté.
  • Il peut être dans une relation toute moisie, mais il meurt à petit feu.

Le mec il a des programmations positives dans le cerveau
ou quand on cherche on tombe sur une “erreur système” ?

Du coup, quand ton Runner vient te parler de liberté alors qu’il est verrouillé de partout, ça me fait doucement rigoler… Du coup il va faire quoi à ton avis ?

Rien comme d’habitude, pour quoi changer une équipe qui gagne ?

En fait il va choisir l’option du moindre mal. C’est un choix stratégique basé sur la peur. C’est l’option la moins souffrante des 3 et en plus c’est une zone de confort bien connu.

Finalement sa relation est une anesthésie générale à long terme.

Mais lâcher son couple, c’est aussi perdre son identité. Eh oui, cette identité est super importante aux vues de l’entourage, mais aussi forgée par l’entourage

En plus si jamais il lâche son couple, il n’est pas sûr de retrouver quelqu’un qui correspond à ses critères. Tu m’étonnes on choisit pas n’importe qui :

  • Il faut trouver qqn qui nous kiffe à fond, (pour s’assurer qu’il reste longtemps).
  • Il faut trouver qqn qui aura besoin important qu’on pourra combler. (même raison).

Du coup, si on a pas déjà un remplaçant sous le coude et qu’on rompt la relation, on risque de passer par la case solitude et ça, ce n’est clairement pas du tout envisageable…

Finalement il restera dans sa relation même si son coeur pleure. Soit la posture de la victime sacrificielle. Et tu sais pourquoi ?

Car il a donné un rôle à jouer à son partenaire. Il a choisis (inconsciemment ou non) un partenaire avec un énorme besoin à combler également. Et devine qui peut combler ce manque ? Le Runner.

Aussi le Runner est en posture de Sauveur face à son partenaire. Du coup, se retirer de la relation, c’est retirer à l’autre ce qu’on lui apportait et faire le choix conscient de le faire souffrir. Ce faisant il passera de Sauveur à Bourreau et ça c’est clairement pas envisageable !

En plus le partenaire en question sera clairement dans la dépendance (genre grosse blessure d’abandon bien profonde) et il ne dira pas au Runner :

Huh chéri tu veux partir ? Attend, je t’aide à faire tes valises !

Non non, il va se battre comme un lion à coup de mensonges, manipulations, peurs, doutes, appels à leurs familles respectives, amis, cousins, cousine, bref toute la clique afin de faire rester le Runner. Ceci est alors une barrière supplémentaire.

Le Runner c’est pas un Avenger, question Yang, pro-actif, aller au front, on repassera…

Finalement, le Runner est en plein du mécanisme d’auto-sabotage : quoi que tu fasses, ou que tu regardes, chaque issue est merdique, souffrante, douloureuse, ce qui t’assure une seule chose : l’immobilité, la non action.

Et devine quel est justement le travail du Runner dans le parcours FJ ? Développer son Yang.

Le Runner doit se laisser guidé par son Yin, mais concrétiser par son Yang.

En gros, on est pas sortie de l’auberge ! Pourquoi tu crois que Dieu à créer le cycle de réincarnation des âmes à ton aviiiiis ?🤣🤣🤣.

L’entourage du Runner

Maintenant on va aborder un point clé qui est l’entourage du Runner. Ceci va aider à comprendre pourquoi il ne lâche pas son couple.

Souvent l’entourage du Runner n’est pas si bienveillant que cela.

Ce qu’il faut comprendre c’est que par sa posture de bonne poire dont le Runner est le seul responsable, cela distribue les rôles autour de lui…

On entre alors dans les jeux de pouvoir (conscients ou non)

Comme le Runner joue le petit faible qui a besoin d’aide, il accepte d’être manipulable et influençable. Ceci va forcément placer son entourage dans une posture d’autorité, de conseil et cela va créer une certaine dynamique.

Sauf que dès que le Runner va tenter de grandir, il fera face à des objections de la part de la famille ou du couple, car grandir veut dire déstabiliser toute la dynamique déjà établie.

En général ces objections ne seront pas frontales, mais camouflées sous une forme de bienveillance à coup de compliments ou de peur et de doute à des fins de protection.

En gros on te fout les boules, mais c’est pour te protéger d’un danger.
Ça, ça marche vachement bien avec un Runner.

En plus c’est vachement cohérent, car comme t’es un faible et que nous on est la pour te protéger… on te protège des menaces que tu ne vois pas, car tu es trop faible pour les voir….

Sauf que pour le Runner cela sera un conseil avisé, alors qu’en fait, c’est un conseil stratégique afin de ne pas perdre le rôle, l’emprise, le pouvoir qu’on a sur le Runner.

Car c’est bien de cela qu’il s’agit, que cela soit fait avec de bonnes ou des mauvaises intentions.

Si tu joues le sauveur avec quelqu’un, t’es content de jouer le sauveur, c’est gratifiant, aussi quand la personne que tu sauves n’a plus besoin d’être sauvée, c’est là que tu bascules, car finalement t’étais bien dans ton petit besoin égotique de Sauveur…

Et là d’un coup tes conseils deviennent moins “impartiaux”, moins avisés et moins sains. Car maintenant ut conseils afin de ne pas perdre que tu avais… Pourquoi tu crois que cette relation FJ est très mal vue de l’entourage du Runner (et non de l’entourage du Chaser) ?

Car l’entourage du Runner est en général bourré de dépendance affective et d’attachement émotionnel et que cette relation va pousser le Runner à devenir indépendant, autonome, en capacité de prendre ses décisions et faire son chemin par lui-même.

Du coup, tous ceux qui jouaient les rôles de Sauveur vont avoir mal au cul… Car pour eux cela veut dire “perdre leur position”. C’est humain, c’est instinctif et toutes les guerres ont été causées par cette peur de perdre.

Et c’est normal que cela se passe comme ça, car la programmation racine du Runner qui consiste à se modeler en fonction de l’entourage, à engendrer ce type de comportement addictif et de dépendance.

Si son entourage était vraiment si sain que cela, il le pousserait à devenir indépendant, chose qui n’est clairement pas le cas. (en général).

Du coup, dès que le Runner voudra grandir, il fera face à l’opposition “bienveillante, pleine d’amour” de son entourage et se retrouvera alors face à un dilemme…

S’il fait ce qu’on lui dit, il sera “bien vu”, s’il va contre “il sera mal vu”.

Tu sais comme quand t’étais gamin…

  • Range ta chambre : tu le fais t’es un bon garçon.
  • Range ta chambre : tu ne le fais pas, t’es un mauvais garçon.

Le Runner est alors pris dans son propre piège.

Finalement :

  • Il ne peut pas se barrer de son couple.
  • Il ne peut pas se barrer de sa famille.
  • Car dans les deux cas, il se retrouvera seul face à lui même.

Quant à son couple, si le Runner émet l’idée de rompre avec son partenaire, on lui dira :

“Mais chéri pourquoi tu veux faire ça, avec cette personne tu peux être toi-même”.

Quand tu sais que le Runner porte des masques 24/24… c’est une réponse à mourir de rire.

Sauf que cette réponse fera douter le Runner, car il a déjà du mal à faire la différence entre son coeur et ses peurs, aussi il sera conforté à faire ce qu’il a toujours fait : suivre l’opinion des autres.

Et ces “autres” pensent aussi à leur intérêt : ils ne veulent pas que le Runner soit heureux, car être heureux c’est briller, c’est être indépendant, autonome, faire ce que l’on veut, quand on le veut sans se soucier des “quand dira-t-on”..

Une forme de jalousie autour du Runner

Dans l’entourage il y a souvent une forme de jalousie envers le Runner, car le Runner, le vrai, est quelqu’un de très brillant intérieurement.

C’est une lumière. C’est elle qui montre que la voie tout simplement. Mais ça le Runner ne le sait pas encore car il ne se connait pas et c’est aussi pour ca qu’il doit développer son Yang.

Dans la vie, il fera alors face à son contraire, soit la faiblesse afin d’apprendre la force et le pouvoir, être en capacité de.

Pour apprendre cela, il faut souvent vivre son contraire via des évènements de la vie qui vont le “contraindre”, le “compresser” le rabaisser pour qu’il s’élève et décide.

Ce n’est pas quelqu’un d’ordinaire et les gens autour le savent, le sentent et c’est pourquoi, chaque fois qu’il va vouloir écouter son coeur… D’une manière ou d’une autre, ils vont (avec amour bla-bla) essayer de le remettre en cage.

En fait au début le Runner va se laisser avoir par les apparences, car le Runner fan du travail de l’image de soi est complètement hypnotisé par “une belle image”. Quand ce n’est pas le partenaire toxique qui va tenter de le brider, cela va être la famille. Toujours sous couvert de :

Attention ceci et attention cela.

En fait, si le Runner était libre, cela serait à la famille de s’ajuster et de se remettre en cause, clairement. Mais tout ça n’est pas forcément fait de manière consciente et malveillante.

Ce sont des mécanismes de jeu de pouvoir tout simplement.

Exemple personnel de manipulation :

En 2004 je jouais de la guitare avec mon meilleur pote sur la pelouse des invalides à paris. Je venais tout juste d’arrêter de fumer et quand on a commencé à jouer mon pote m’a naturellement proposé une clope comme on faisait d’habitude.

Du coup je lui dis “non merci je viens d’arrêter”.

Normalement on aurait pu croire qu’étant ton meilleur pote, celui avec qui tu passes tout ton temps respecte ta décision et t’aides dans cette voie, mais quand tu as fait ce que l’autre n’arrive pas à faire, ce n’est pas forcément ce qu’il se passe.

Durant les 3h qui ont suivis, il n’a pas arrêté, “sous forme de blague rigolote” de me proposer une clope. Histoire de “faire chier pour rigoler”. Sauf que pour avoir tenté d’arrêter il sait très bien que c’est vachement tentant de s’y remettre car on est fragile (justement).

Mon pote n’avait pas envie que je sois fort, car c’est par effet miroir cela lui montrait sa fragilité car chaque fois qu’il avait essayé d’arrêter de fumer, il avait repris. (Il fume toujours à l’heure actuelle soit 16 ans après cette histoire).

Pourquoi il a fait ça ?

Tout simplement, car il se sentait exclu. On était un “clan”, on jouait de la guitare et on fumait des clopes ensemble. Maintenant j’étais sorti de ce clan en arrêtant de fumer.

Finalement je lui montrais que j’avais réussi à faire ce qu’il n’arrivait pas à faire. Il était donc jaloux tout simplement. Du coup ce petit “jeu” déguisé sous forme de blague rigolote était en fait un moyen de me faire revenir dans le clan, à son niveau à lui.

C’est-à-dire le niveau du “j’essaie mais j’y arrive pas”.

Finalement comme il m’a proposé environ 15 fois une clope en 3h, j’ai craqué 🙂

Mais ce que je veux montrer par cette histoire, c’est que mon pote n’était pas le fils du diable pour autant ou super méga mal intentionné, il avait juste un peu de jalousie et de rejet, ni plus ni moins.

Mais cette jalousie, ce sentiment d’exclusion à suffit pour biaisé son comportement afin qu’il ne sente plus rejeté… C’était donc une stratégie pour lui et non pour moi.

Quand il se passe la même chose avec la FJ

Aussi, il se passe la même chose avec la relation FJ.

Le Runner aurait accès à l’amour ? Non pas possible, on va lui dire qu’il vaut mieux rester avec sa relation toute moisie, car avec elle “chéri, tu es enfin toi même”. (Enfermé cloîtré, flicqué, contrôlé de partout LOL)

On ne veut pas que l’autre ait accès à ce qu’on n’a pas nous = l’amour véritable.

Et ceci est un mécanisme très fréquent dont Darren Hardy parlent dans ces audio de développement personnel ou le comité de Murphy : les gens vont te dissuader de suivre tes rêves car eux-mêmes ont abandonné il y a fort fort longtemps.

Ils ne peuvent pas t’encourager à suivre une voie à laquelle ils sont renoncés.

Finalement il est dans un entourage qui va le chouchouter, le dorloter, mais pas que dans un but bienveillant, mais aussi pour anesthésier sa façon de penser afin qu’il continue de jouer son rôle et reste dans “le clan”.

Il va y avoir plein de techniques du même ordre que mon pote et la clope, sous forme de blagues, de conseils avisés et ainsi de suite, mais tout cela pour déguisé des peurs, de la jalousie et ainsi de suite.

Tout comme mon pote, la famille du Runner n’est pas le “fils du diable” pour autant.

Maintenant tu comprends pourquoi la lumière de cette relation flamme jumelle dérange autant, car elle montre par effet miroir, ce que les autres aimeraient avoir mais n’ont pas.

Mais cet entourage et son partenaire vont également jouer sur un point clé du Runner : sa responsabilité et son sentiment de culpabilité.

Durant le parcours flamme jumelle on est souvent désemparé et complètement déboussolé. Si tu veux te débarrasser de ce fardeau émotionnel, comprendre en détail ton parcours pour un mieux être immédiat et aller de l’avant clique ici.

Alexis

N'oublie pas d'utiliser ton discernement durant ta lecture. Ne nie pas tout en bloc mais n'accepte pas tout non plus.😎 Questionne, remet en cause, jauge, pondère, compare, analyse ce que tu lis afin de trouver ta vérité.

There are 4 comments Join the conversation

Join the conversation

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Share
Tweet
Share
Pin