Se mettre des objectifs 100% gagnants !

objectif 100% gagant

Quand on est dans un processus de développement personnel, il arrive toujours un moment ou la pratique doit prendre sa place, car quoi qu’on en dise, la pastille magique n’existe pas.

Aussi la pratique, la pratique et la pratique est la seule façon d’atteindre un objectif.

Le hic, c’est que souvent, nos copines la procrastination, la paresse et les croyance négatives pointent le bout de leur nez pour nous aider, gentiment, à ne rien foutre ! 🤓

Vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tué

Vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tué c’est la clé ! L’idée quand tu commences une nouvelle activité c’est de gagner. Gagner sera pour chacun différent mais l’idée est la suivante.

Gagner : atteindre son objectif, accomplir ce que l’on avait dit que l’on ferait, avoir la chose X, être dans le processus qui permet de.

En fait, gagner c’est l’idée de se sentir bien.

Tout le truc est de savoir ce que tu vas mettre derrière le mot “gagner” et en cela, chacun est différent, d’où les objectifs 100% gagnants que l’on va détailler plus bas.

Le problème est que lorsqu’on démarre un nouveau projet, il faut bien démarrer quelque part et donc avoir un objectif. Le hic avec les objectifs c’est que trop souvent on se met la barre tellement haute qu’on finit par ne rien faire.

En fait, on se fixe des objectifs 100% perdants sans même s’en rendre compte !

Du coup, si tu es un lecteur assidu du blog tu sais ce qui va se passer. Paulette va se mettre des objectifs en fonction de sa programmation mentale. La question est alors la suivante :

Paulette a-t-elle une mentalité de gagnante ou de perdante ?

En fonction de sa mentalité déjà établie, elle choisira un type d’objectif de “gagnante ou perdante”. Et pour répondre à cette question, voici le résultat d’une étude sur les résolutions de nouvel an.

Cette étude montrait que 92% des personnes ayant pris des résolutions de Nouvel An à la fin de l’année avaient abandonné et seuls 8% avaient atteint leurs objectifs.

Pourquoi ?

Les raisons sont souvent multifactorielles, mais on va voir ici un point commun à tous ces gens qui réussissent. Ce je vais expliquer plus bas est d’autant plus vrai quand il s’agit de développement intérieur car que c’est le monde de l’impalpable, de l’immatériel. C’est donc hyper facile de prendre des pommes pour des poires et il te faudra mesurer le score.

Dans le type d’objectif 100% gagnants il y a deux critères qui ne peuvent aller l’un sans l’autre aussi, quand tu vas l’utiliser, assure-toi que l’objectif choisi correspond à ces deux critères.

Un objectif 100% gagnant c’est vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tué.

Alors voici comment ça marche.

Les deux critères pour un objectif 100% gagnant

Le premier critère est de prendre un objectif ou tu es sûr et certain d’y arriver.

En gros, tu peux vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tué. Au moment même où tu décides de faire X, tu sais que X c’est déjà du “passé”, il ne fait aucun doute que dès que tu vas te mettre en marche, c’est juste une question de temps pour finir cette tâche ou atteindre l’objectif.

T’as vu ce n’est pas compliqué ? 🤓

Le deuxième critère il est encore plus simple : il faut que la tâche, l’objectif, le but t’excite émotionnellement, te mette l’eau à la bouche, te donne envie de X ou Y, te donne envie d’aller de l’avant.

T’as vu ce n’est pas compliqué ? 🤓

Maintenant, il suffit d’assembler les deux et là que ça se corse car voici la définition d’un objectif 100% gagnant que l’on nomme le Sweet Spot (point idéal de focalisation).

Sweet Spot : est un objectif suffisamment haut pour que cela m’excite émotionnellement et suffisamment bas pour être sûr et certain de le réaliser.

Le point idéal de focalisation est un objectif suffisamment haut pour que cela m’excite émotionnellement et suffisamment bas pour être sûr et certain de le réaliser.

À des fins de mémorisation, voici les deux composantes de l’objectif :

  • Critère 1 : Objectif suffisamment haut pour m’exciter.
  • Critère 2 : Objectif suffisamment bas pour être sûr d’y arriver.

L’idée est donc d’établir un Sweet Spot concernant le projet qui t’intéresse.

Exemples d’objectifs 100% gagnants

Ici je vais te donner des exemples qui peuvent ne pas te parler, car chacun réagit différemment émotionnellement en termes d’envie, de motivation aux objectifs, c’est pour cela qu’au final c’est hyper personnel, mais il faut tout de même respecter l’armature (les deux critères) du Sweet Spot pour que cela fonctionne.

Imaginons que tu veuilles commences à lire des bouquins de développement personnel, mais tu n’aimes pas lire ou n’as jamais eu l’habitude de lire. Voici quelques exemples de Sweet Spot :

  • Sweet spot 1  : Lire 1 ligne d’un livre par jour.
  • Sweet spot 2  : Lire 1 ligne d’un livre par semaine.

Imaginons que tu veuilles (enfin) te mettre à l’EFT et ça fait des mois que tu sais, puisque tu lis mon blog, que ça serait bon que tu le fasses mais… tes 3 copines sont tenaces (procrastination, paresse, croyances négatives).

Alors voici comment tu pourrais utiliser le sweet spot pour l’EFT.

  • Sweet spot 1  : faire 1 ronde d’EFT par jour.
  • Sweet spot 2  : Faire 1 ronde d’EFT par semaine.

La plupart des gens quand je leur explique cela, me disent “mais c’est tout bidon comme objectif, je ne vois pas l’intérêt”. Et oui tu te souviens des 92% ? 🤓

Par exemple, quand je demande en coaching à une personne : c’est quoi ton objectif pour l’EFT si ce genre d’objectifs ne te convient pas ? On me répond tout le temps un objectif du genre :

  • Faire de l’EFT 30 min par jour.
  • Faire de l’EFT 3h par semaine.
  • Faire de l’EFT 4 fois par jour.

Et là je pose alors une simple question :

Est-ce que t’es sûr et certain de toujours pouvoir atteindre ton objectif et que rien ne viendra perturber ta routine ? Et voici la réponse qui arrive généralement juste après :

LOL ! Et c’est normal, il faut prendre en compte les deux composantes. Dans l’exemple précédent, on ne prend que la première partie de l’équation : Objectif suffisamment haut pour que ça m’excite émotionnellement.

Sauf qu’en prenant juste cette moitié d’équation, on augmente nos chances d’échouer et de terminer dans les 92% des résolutions de Nouvel An non tenues.

Prendre uniquement cette première partie de l’équation motive sur le moment, mais ne donne pas une vision à long terme, mais seulement un booste de démarrage souvent très fragile. En effet, ce booste s’effilochera très rapidement dès les premières difficultés ou inconvenues survenant au quotidien.

Cavett Robert disait : le caractère c’est tenir une décision longtemps
après que l’excitation et l’émotion du moment soit passée.

En fait, prendre uniquement cette première partie de l’équation, c’est de l’auto sabotage déguisé tout simplement. Ça nous fait croire qu’on va casser la baraque alors qu’on va rien faire du tout. Le problème, c’est qu’on rentre alors dans un cycle qui est la suite :

Je l’ai dit, je ne l’ai pas fait, je suis un perdant.

Du coup, avec les années (voir les 92% de résolutions de Nouvel An), on va avoir cette habitude d’objectifs perdants. on accusera alors un évènement extérieur à nous-mêmes quand le point de départ un est choix.

Le choix d’avoir choisis un objectif qui ne sert pas nos réels intérêts, mais ceux d’une programmation (autosabotage).

En fait ce que l’on veut c’est rentrer dans le cycle suivant :

Je l’ai dit, je l’ai fait, je suis un gagnant.

Et c’est là que le Sweet Spot entre en jeu. Si on reprend l’exemple de l’EFT, au lieu de prendre l’objectif de 30 min par jour, on prend 1 min par jour c’est déjà beaucoup mieux. Mais en fait c’est encore trop et tu vas voir pourquoi.

Comme ce que l’on veut c’est entrer dans le cycle :

Je l’ai dit, je l’ai fait, je suis un gagnant.

Aussi, le “PAR JOUR” est de trop car c’est pratiquement certain, que tu vas zapper pour X ou Y raisons. Il y aura toujours un évènement X ou Y imprévu qui viendra foutre son bocson dans ta vie et ruinera ta dynamique.

Aussi il serait bien plus approprié de faire la chose suivante :

  • Faire de l’EFT 30 min par jour
  • Faire de l’EFT 1 min par jour
  • Faire de l’EFT 1 min par semaine 👏💫

En se mettant cet objectif : on est sûr et certain de faire de l’EFT au moins 1 min dans la semaine. (À toi de jauger par rapport à ta vie aussi). Ensuite il faut regarder si ça nous excite ou pas. Et c’est là qu’il te faut regarder en toi, ce qui te paraît excitant & certain, d’ou le sweet spot.

Exemple : à l’époque où je ne lisais aucun livre, je me suis mis le Sweet Spot suivant :

Lire 1 ligne d’un livre par semaine.

Tu sais comment j’ai mis cet objectif en pratique ? J’ai arnaqué mon mental car en allant aux toilettes, j’ai placé un livre debout par terre juste devant moi. Du coup, quoi qu’il arrive, même dans les jours ou t’avais pas envie de remplir l’objectif j’étais obligé de le faire car à part regarder devant toi, aux toilettes t’as pas pas grand-chose à faire 🤓.

Du coup, j’étais obligé de lire ma ligne chaque jour qui disait :

Esther et Jerry Hicks.
La Loi de l’Attraction – Les clés du secret pour obtenir ce que vous désirez

Du coup, chaque matin, j’avais lu ma ligne, mais comme j’avais dit que j’en lirais UNE PAR SEMAINE, je pulvérisais mon score de 21 fois, vu que j’allais aux toilettes 3 fois par jour 7 jours par semaine… Tu vois le truc ?

Ensuite il s’est passé quoi alors ?

Comme j’en avais raz le bol de lire toujours la même ligne, je me suis mis à ouvrir le bouquin et à lire. Au début, t’as tellement pas l’habitude que ça pique les yeux, mais quand tu as lu une ligne ou deux, tu veux finir le paragraphe quoi…

Et de paragraphe en paragraphe, tu prends l’habitude de lire. En posant le livre par terre :

J’ai rempli mes critères :

  • Objectif suffisamment haut pour m’exciter : J’avais envie d’arriver à lire et de découvrir les “secrets”.
  • Objectif suffisamment bas pour être sûr d’y arriver : placer le bouquin par terre pour lire la ligne.

Du coup l’objectif final de ce Sweet Spot était :

Lire une ligne d’un livre par semaine.

Résultat au niveau du cycle ?

Je l’ai dit, je l’ai fait, je suis un gagnant multiplié par 21 fois.

Au lieu d’avoir lu 1 ligne par semaine, j’avais lu 21 lignes par semaine. Tu penses que mon cerveau il pouvait dire autrement chose que : t’es un putain de gagnant !

Et c’est ça l’objectif d’un sweet spot.

Ce n’est pas la quantité que tu abats qui compte car on s’en fout royalement. La quantité viendra l’accumulation de ces petites victoires en faisant les bonnes choses, suffisamment longtemps et avec régularité.

L’objectif d’un sweet spot est de mettre en route la machine, d’avoir un sentiment de victoire, de gagner en confiance en soi, et de voir que tu accomplis la chose en question.

Plus tard avec le temps tu pourras reformuler cet objectif pour te challenger. Par exemple, c’était devenu tellement facile de lire une ligne par semaine que j’ai modifiée à 1 paragraphe par jour.

Comme je lisais déjà 1 ligne par jour au lieu de “par semaine”, j’étais attentif chaque jour à avoir lu le paragraphe, mais la machine “lecture” était déjà en marche à ce moment là. Ensuite je suis passé de 1 paragraphe/jour à 1 page, puis à 10 pages par jour…

Résultat des courses ?

En 4 ans j’avais lu plus de 150 bouquins de développement personnel et 1400 heure d’audio. Et ouais, j’avais aussi mis un objectif en terme d’audios. Donc si on résume j’avais deux Sweet Spots :

  • Sweet Spot lecture : 1 ligne par semaine
  • Sweet Spot audio : 1 min d’audio par semaine.

Une question de responsabilité personnelle

Du coup, ce qui est intéressant avec ce genre d’objectif, c’est que maintenant t’es face à un choix.

Soit tu continues de faire ce que tu as toujours fait et tu continueras d’obtenir ce que tu as toujours obtenu. Soit tu veux que les choses changent dans ta vie et il te faudra changer des choses dans ta vie.

Au final, c’est une question de responsabilité personnelle, soit tu utilises des objectifs gagnants soit pas et dans les deux cas c’est ton choix. Ne te laisse pas avoir par la croquette du résultat immédiat.

Oui chaque petite victoire avec un Sweet Spot peut paraitre insignifiante, mais misent bout à bout, elles donnent un objectif immense. Du coup, maintenant que tu as les deux composantes :

  • Objectif suffisamment haut pour m’exciter.
  • Objectif suffisamment bas pour être sûr d’y arriver.

C’est à toi de voir si l’objectif en question correspond à ces deux composantes ou pas.

Mais attention : si tu prends un objectif :

  • Ou t’es sûr de gagner, mais qui ne t’excite pas -> tu n’auras pas envie de le faire.
  • Ou t’es exciter à fond mais trop haut -> tu finiras dans les 92% des résolutions de Nouvel An.

Si on l’appelle le sweet spot ou le point de focalisation, c’est pas pour rien, car c’est l’objectif sur lequel tu vas te focaliser au quotidien, c’est celui qui va te motiver, ce sur quoi tu vas agir et poser des actions. Celui qui va te permettre de faire rouler la balle et d’avoir des habitudes de succès.

Finalement chaque fois que tu remplis ton sweet spot, une petite voix dans ta tête te dis :

Ty l’a dit, tu la fais, t’es un gagnant.

Durant le parcours flamme jumelle on est souvent désemparé et complètement déboussolé. Si tu veux te débarrasser de ce fardeau émotionnel, comprendre en détail ton parcours pour un mieux être immédiat et aller de l’avant clique ici.

Alexis

N'oublie pas d'utiliser ton discernement durant ta lecture. Ne nie pas tout en bloc mais n'accepte pas tout non plus.😎 Questionne, remet en cause, jauge, pondère, compare, analyse ce que tu lis afin de trouver ta vérité.

There are no comments

Join the conversation

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Share
Tweet
Share
Pin