Comment fonctionne le Runner du point de vue neurologique ?

Dans l’article sur le comportement du passif agressif on a vu une partie de la psychologique du Stéréotype du Runner de la relation traditionnelle Flamme Jumelle (pas les précompensés).

Maintenant ce que l’on va voir de cet article, c’est pourquoi la personne est comme ça.

Pourquoi le Runner a certains comportements aberrants, incohérents, ou des pertes de mémoire, des absences « spontanées et localisées », des crises de paniques et ainsi de suite ?

Tu vas voir que tout tient dans l’explication neurologique de cet article.

Il n’y a rien de grave et c’est même une très bonne nouvelle et tu vas voir pourquoi en lisant l’article.

Je dis souvent que les problèmes du Runner sont impressionnants, mais qu’ils sont faciles à régler. C’est un peu comme les phobies en sommes.

Quand tu vois une personne avoir peur d’une araignée, c’est ultra impressionnant et on a tendance à croire que la personne est folle, perchée, à l’ouest et qu’elle a un sérieux problème.

Pourtant en thérapie… on la libère cette phobie en 15 min dans les cas les plus rapides.

Par exemple, si je devais choisir entre traiter une Phobie et une croyance limitante au niveau de l’argent, je prends sans aucune hésitation la phobie, car le résultat est assuré d’avance.

La croyance limitante au niveau de l’argent a bien trop de ramifications et même si cela se fera, c’est bien plus long et demande un vrai travail de fond.

Les problèmes du Runner sont de l’ordre de la phobie et du cerveau reptilien, c’est donc bien plus simple ce qui est une très bonne nouvelle !

C’est une très bonne nouvelle, car si tu apprends l’EFT et en fais sérieusement un peu chaque jour tu ne vas pas te reconnaître dans les semaines et mois à venir. Cela sera un avant/après.

Mais le feras-tu ? 🤓

Les directives du cerveau reptilien

Un Runner est une belle personne, innocente et candide (dans le bon sens du terme), sauf qu’il est souvent piloté par le cerveau reptilien, cerveau qui s’occupe du mode survie de l’individu.

C’est ce qui fait qu’il est souvent sur le qui-vive et qu’il a peur de tout et qu’un rien lui fait peur. Mais pourquoi et comment ?

Voici en résumé le fonctionnent du cerveau reptilien :

Son but est la survie coûte que coûte de son hôte. Il scan en permanence notre environnement pour savoir s’il y a une menace potentielle. Pour le savoir, il se fit à ce qui est considéré en lui comme une menace… (programmation).

Le hic, c’est qu’il y a les menaces réelles et les menaces fictives et le cerveau reptilien ne fait pas la différence. En fait il s’en fout.

S’il est écrit Amour = Souffrance alors l’Amour est une menace et la personne qui réveillera l’amour chez le Runner sera tôt ou tard considéré comme une menace. Je te fais un dessin? 🤓

Finalement qu’il soit écrit Amour = Souffrance ou Lion dans la savane = Danger, pour le cerveau reptilien c’est du pareil au même.

En fonction de cette programmation, il s’activera et lancera alors 3 alternatives :

  • L’attaque
  • La Fuite (Runner…)
  • La paralysie (dissociation)

Pourquoi tu crois que le Runner s’appelle comme ça ? Le Runner veut dire « le fuyant », donc la fuite qui est la réponse du cerveau reptilien face à une menace X ou Y.

Sauf qu’ici le Runner fuit l’Amour et non un Chaser qui lui court après avec un couteau de 25cm pour le planter ! C’est donc ce que l’on appelle une Émotion irrationnelle incontrôlable.

(Bien évidemment cette programmation est due à divers traumatismes du passé, mais le cerveau reptilien n’est pas là pour philosopher, mais pour APPLIQUER la programmation afin de survivre.)

Quand le cerveau reptilien ne peut n’y attaquer ou fuir ou quand il veut attaquer et fuir en même temps, alors « il fait le mort », soit la paralysie et la dissociation.

Mais voici le point le plus important :

Quand le cerveau reptilien détecte une menace, il prend alors les commandes du corps et tu n’as pas le choix que de faire ce qu’il dicte. Tu ne contrôles rien.

  • Tu ne contrôles plus ton corps,
  • Tu ne contrôles plus tes émotions,
  • Tu ne contrôles plus tes pensées,

Elles sont toutes affectées, guidées, pilotées, commandées par la directive du cerveau reptilien.

Regarde la réaction d’une personne qui vit une phobie des araignées… Elle vit ce que l’on appelle une Émotion irrationnelle incontrôlable.

Émotion : Peur/stress/panique/anxiété
Irrationnelle : réaction totalement disproportionnée par rapport à la réalité de la menace.
Incontrôlable : la personne n’est pas aux commandes de son comportement.

Quand cela arrive (peu importe le type de menace), tu es alors soumis à sa décision du cerveau reptilien et tu n’as pas ton mot à dire, il ne te demande pas ton avis, c’est comme ça et pas autrement.

Et ceci est vrai pour n’importe quelle personne sur la planète.

Tout va dépendre alors de ce qui est inscrit comme menace dans notre cerveau reptilien.

Quand il s’active (le cerveau jaune sur la photo), il va alors diriger le cerveau rouge (celui des émotions) puis déconnecter le cerveau gris (le néocortex, siège du raisonnement/réflexion).

Ceci dans l’unique but de s’assurer la survie de l’individu face à la menace.

C’est pourquoi, quand tu tentes de rationaliser une personne vivant sa phobie, tu peux parler avec un mur pour qu’il change de couleur c’est exactement pareil : son néocortex est déconnecté :

La réflexion et le raisonnement sont parfaitement impossibles durant la crise.

L’individu reviendra à son état normal lorsque la menace sera soit éliminée soit, car l’individu est à une distance de sécurité de la menace.

Je te laisse alors faire le parallèle avec ton Runner qui dans son cerveau reptilien est inscrit :

Amour : souffrance, perte de liberté, soumission, etc.

Tu penses que son cerveau reptilien va te considérer comme un ami ou un « ennemi » ?

Maintenant tu devrais comprendre les « vas et viens » de ton Runner, pousser entre les désirs de son âme (coeur) et les répulsions de ses peurs (cerveau reptilien + faux self).

Le hic, c’est que contre le cerveau reptilien tu ne peux pas combattre de front : tu n’as aucune chance. Par contre il y a bien d’autres méthodes comme l’EFT qui fonctionnent très bien.

 L’EFT a été créé pour se libérer des émotions irrationnelles incontrôlables ! 😏🤓

Hauts potentiels émotionnels/intellectuels et hypersensibles

Le Runner a peur de tout, un rien lui fait peur, car pas mal de situations sont étiquetées par son cerveau reptilien comme une menace même si elles n’en sont pas.

Je parle ici du Runner, mais n’importe qui sur la planète peut être sujet à ce genre de choses. En fait c’est un processus très commun, c’est juste que chez les Runner c’est vachement plus prononcé.

C’est le cerveau reptilien qui (comme tu le verras dans le texte) lui fait prendre des pommes pour des poires à cause du non-traitement de traumatismes passés.

Voir plus bas le passage du livre de Christel petit Collin (je pense trop – comment canaliser ce mental envahissant) qui explique parfaitement le fonctionnement cérébral du Runner type.

Elle ne parle pas de FJ, mais des Hauts Potentiels émotionnels et hypersensibles. (Souvent les FJ sont des HPE/HPI.)

Ce qui est décrit est typique de ce qu’il se passe dans le cerveau de n’importe qui, mais surtout du Runner, car c’est souvent un Hypersensible et donc toujours sur le qui-vive.

Du coup, étant souvent dans un état de vigilance (qui vive), il est normal de constater un comportement un peu parano, de délire de persécution, de méfiance, etc.

Et c’est d’autant plus cohérent vu qu’Amour = Souffrance et que le Chaser est la « cause » du réveil de l’amour chez le Runner. Ce dernier va alors (piloté par le cerveau reptilien) être méfiant, être un peu parano, car l’amour est souffrance, soumission, domination, perte de liberté ZzzZzzZzz…

Tu vas alors comprendre son comportement lors de crises, stress, de conflits :

D’où ses absences, ses pertes de mémoire, ses renversements de rôles et ainsi de suite qui ne sont qu’un système de protection du cerveau reptilien face à une situation jugée menaçante.

En allant de l’avant, voulant lui montrer que tu as raison, qu’il voit pas clair (car il voit pas clair, soyons honnêtes…) en jouant au papa, celui qui sait, alors tu seras encore plus considéré comme une menace, car tu ne feras qu’accentuer les peurs du Runner.

C’est pourquoi on dit au Chaser : arrête de faire le Chaser, arrête de poursuivre ton Runner, laisse-le tranquille. Revenu au calme (via la séparation), il se rendra compte alors de ses schémas et toi des tiens.

Autrement dit, tu vas comprendre le pourquoi du comment de TOUT le tralala de la relation flamme jumelle et si tu lis aussi l’article sur le passif agressif tu verras que tout se recoupe.

Mais la bonne nouvelle…

Il est très facile pour un Runner de se libérer de tout son fardeau avec l’EFT, encore faut-il pratiquer ce qui EST LA plus grande difficulté (chez tout le monde).

Mettons maintenant nos petites pattes dans la neuroscience :

Neurologie du cerveau reptilien

« Une glande dans le notre cerveau, appelée amygdale, fait fonction de système d’alarme. Elle est chargée de décoder les informations qui lui proviennent du monde extérieur et de décider s’il y a matière à paniquer ou pas.

Dans les situations d’agressions physique ou psychologique, elle s’active et déclenche la production des hormones du stress, le cortisol et l’adrénaline, par les glandes surrénales.

Grâce à l’action de l’amygdale, tout l’organisme se met sous tension pour nous permettre de fuir ou de combattre. Les hormones du stress rendent instantanément disponibles les ressources de notre organisme en augmentant notre acuité sensorielle, la rapidité de nos réflexes et la force de nos muscles. Le flux sanguin, le rythme cardiaque et la respiration s’accélèrent et les muscles se contractent, prêts à amorcer l’action. Il n’y a plus qu’à lutter ou à déguerpir.

Mais dans beaucoup de situations de stress, la fuite ou le combat sont impossibles et inadaptés. Dans ce cas, l’amygdale cérébrale s’affole en vain et c’est la surchauffe. Les centres nerveux au niveau du cortex, censées analyser et modérer les réactions sont dépassés par les signaux d’alerte.

Pour éviter que le survoltage de cette amygdale provoque la mort de la personne d’un arrête cardiaque par overdose d’adrénaline ou son empoisonnement neuronal au cortisol, le cerveau déclenche une sorte de court circuit en envoyant de nouvelles substances chimiques :

De la morphine et de la kétamine, qui vont faire disjoncter le système d’alarme. L’amygdale est mise sur « off ». Dès que l’amygdale est neutralisée, la personne est brusquement coupée du monde, elle flotte comme déconnectée de ses émotions.

Pourtant, la situation stressante n’a pas disparu, mais la personne ne ressent plus rien, ce qui lui donne un sentiment d’irréalité totale du moment présent.

On appelle cela la dissociation : la personne devient spectatrice des évènements en cours.

Ce mécanisme de dissociation permet de rester en vie, mais comporte de sérieux inconvénients. La personne reste dans son environnement stressant et ne cherche plus à résoudre une situation pourtant néfaste.

De plus, le processus de guérison ne peut plus se mettre en route.

Isolée, anesthésiée par les décharges permanentes de morphine et de kétamine, l’amygdale ne peut pas évacuer le choc émotionnel vers une autre structure : l’hippocampe, qui est l’équivalent d’un logiciel de traitement et du stockage des souvenirs et des apprentissages.

La situation stressante va rester piégée en l’état dans l’amygdale pendant des années parfois. À chaque Flash-back, la personne va revivre mentalement le souvenir intact, dans son intensité originelle.

Puisque l’amygdale a dû disjoncter, c’est un moment très violent qui a été piégé et qui sera revécu en boucle, tel quel. C’est ce mécanisme qu’on appelle « le stress post-traumatique ».

Chez les surefficiences mentales (surdoués, zèbres, haut potentiel émotionnel/intellectuel) il a été noté une sensibilité particulière de l‘amygdale cérébrale et un seuil de réactivité particulièrement bas.

Peut-être cela est-il dû au fait que l’amygdale est en permanence sollicitée par l’hyperesthésie et l’émotivité, donc plus ou moins naturellement en état de vigilance.

Alors, à chaque invasion émotionnelle, une déconnexion mentale se produit. Le cortex préfrontal, siège du raisonnement, donc du raisonnable est mis hors jeu.

La réflexion est rendue impossible.

Dans ce cas, les surefficiences mentales peuvent prononcer des mots absurdes ou poser des actes aberrants. Ils en seront les premiers atterrés quand le lobe préfrontal fonctionnera à nouveau normalement.

C’est ce qui fait douter les surefficients de leur intelligence, ils savent qu’ils peuvent se montrer tellement stupides parfois. »

Avantage de cette neurologie

Tu comprends maintenant pourquoi je parle de libération émotionnelle via l’EFT par exemple ou la méthode Sedona, car tu vas permettre à ton cerveau de libérer les situations stressantes piégées dans l’amygdale.

En gros il y a un bouchon dans un tuyau, et ces techniques vont permettre de le déboucher.

Plus de bouchons = plus de problème, donc plus de crises de panique, plus de dissociation, plus de stress, plus de mots ou actes aberrants, plus de comportements bizarres, plus de fuite, de non-dits et renversement de rôles par rapport à la situation X.

La technique pour réaliser cela est d’une simplicité rarissime.

En fait quand tu commences à comprendre comment le tout fonctionne, tu comprends pourquoi je parle d’acceptation au lieu d’aller contre quelque chose, car sinon tu crées toi-même ces bouchons (que tu sois Chaser ou Runner, c’est pareil).

Le refus même de travailler sur ces bouchons les fera se perpétuer.

Ce à quoi tu résistes persiste non ?

Allez bim ! Médite celle-là. 😏👊💥🙏

Tu comprends aussi pourquoi je parle de libération émotionnelle tout le temps, car ce n’est pas bien compliqué de libérer les situations piégées dans l’amygdale. En fait si tu veux savoir la vérité, c’est le plus facile à traiter

Maintenant tu comprends pourquoi je suis piquant par rapport aux Runners, car c’est vachement facile de faire d’une montagne un grain de sable, mais les problèmes du Runner sont simples à régler.

Sauf que pendant que tu joues la victime et que tu t’accroches à tes problèmes, car ils « forment » ton identité, bah tu prends pas le temps de les libérer et donc de t’en séparer.

Ce que je viens de dire là, c’est pareil pour tout le monde.

Quand tu fais de la libération émotionnelle, tu te rends compte que tu NE VEUX PAS (dans une certaine mesure) te séparer de TES problèmes, car ils forment TON identité (mental/ego).

En fait, le refus même de travailler sur soi c’est le premier signe que ton Mental/Ego mène la danse.

Du coup la personne partira dans tout un tas de comportements et d’activités qui lui feront croire qu’elle travaille sur soi alors que pas vraiment.

Ceci est un phénomène que j’ai remarqué chez moi et sur les 6000 personnes que j’ai coachées. C’est un attribut de survie du mental/ego tout simplement.

Mais toi tu penses que « c’est toi… » –> Identification au mental.

Le fameux éveil spontané du Runner…

Tu comprends aussi pourquoi on parle d’éveil spontané du Runner.

En fait, il n’y a pas de magie ni d’éveil spontané LOL ! Ça, c’est de la spiritualité bon marché.

Ce qu’il se passe réellement c’est que via le parcours FJ, les foudres karmiques, les situations dans sa vie, plus SA réflexion perso, le Runner va traiter des situations bouchées dans les tuyaux de l’amygdale sans même savoir qu’il le fait…

Sauf que sans techniques spécifiques cela prend carrément plus de temps et c’est la seule différence en fait. C’est plus long et plus souffrant.

Quand l’information a été traitée, le Runner fait un « saut quantique » soit une bonne prise de conscience.

Finalement, après plusieurs prises de conscience, le Runner aura alors traité un certain nombre de situations bloquées dans les tuyaux et on dira alors qu’il s’est éveillé.

(En fait cette étape est UNE étape de l’Éveil Spirituel)

En gros il aura enlevé tout un tas de filtres. Il sera alors « normal » et pourra voir les choses comme elles sont et non pas via les lunettes de ses traumas du passé.

Éveil spirituel spontané =  une situation bloquée dans l’amygdale qui vient d’être traitée.

Maintenant le vrai Éveil Spirituel (pour moi) c’est le niveau Bouddha / Eckart Tolle / Jésus / Dailaï Lama. Bref ce n’est pas pour demain. 🙂

Voici ce que fait le parcours flamme jumelle

Si tu ne l’avais pas remarqué, le parcours flamme jumelle ne traite aucun des deux jumeaux en les caressant dans le sens du poil. En fait c’est exactement l’inverse. On va avancer à grand coup de coups de pied dans le C*** via les foudres karmiques, nuits noires de l’âme et ainsi de suite.

En bref, on va avancer grâce à la souffrance pendant un certain temps.

D’ailleurs c’est ce que remarque Eckart Tolle dans son livre le pouvoir du moment présent « la majorité des gens s’éveillent par la souffrance ».

Finalement, c’est ce qui va nous « obliger » à faire les choix qu’on est censé faire :

Choisir la ou les portes qu’on doit passer.

Plus on « nie » et refuse, plus le parcours souffrant et plus il va prendre du temps, voilà tout. Le Timing divin dépend alors en partie de toi.

Comme le parcours FJ et les foudres karmiques ne nous caressent pas dans le sens su poil, mais nous fait passer par l’enfer pour nous réveiller. Caresser le Runner dans le sens du poil ce n’est pas du tout l’aider.

Cela serait lui permettre de continuer de pioncer et la Source l’a bien compris !

D’ailleurs c’est exactement pareil pour le Chaser, s’il faut « tout » lui enlever pour qu’il comprenne qu’il doit être dans le lâcher-prise… c’est ce qu’il se passera (pour faire simple hein).

Finalement la Source utilise le « bon médicament au bon patient et au bon moment » afin que chacun se bouge les miches.

C’est en étant confronté à ses problèmes que le Runner arrivera au point ou il en aura marre d’en avoir marre d’avoir ces problèmes et il se bougera le cul.

Il deviendra alors son propre sauveur.

Par contre pendant un temps, il va faire le pleurnichard et celui qu’il faut combler d’attention, celui qui ne comprend pas, qui est la victime du grand méchant Chaser bla-bla-bla.

Bref il jouera le jeu qu’il a toujours joué.

Le Chaser lui fera pareil et jouera au jeu du « contrôlant » et tentera de contrôler son monde extérieur, contrôler le lien et/ou de résister à tout l’écroulement qui arrive dans sa vie.

Puis quand il en aura marre d’en avoir marre… il utilisera sa dernière carte : le lâcher-prise, soit la leçon qu’il devait apprendre.

Si tu regardes bien la dynamique FJ (en faisant très blanc/noir) :

  • Le Chaser met le Runner face à ses responsabilités (chose qu’il ne va pas du tout aimer).
  • Le Runner met le Chaser face à son besoin de contrôle (chose qu’il ne va pas du tout aimer).

Il y aura séparation pour que chacun fasse son taf. L’un, se regarder à l’intérieur, car il est complètement à l’ouest cacahuète à cause des ses blocages de l’amygdale et l’autre trop dans le contrôle, car il a peur de ne pas contrôler sa vie.

Et finalement, chacun à sa manière est dans le contrôle, car chacun vit un profond sentiment d’insécurité qu’on tente de combler via le contrôle.

Chacun vient alors montrer à l’autre ce qu’il doit bosser et s’ils ne comprennent pas… Les foudres karmiques, les nuits noires de l’âme vont venir accentuer le mal-être chez les deux afin qu’ils ouvrent les yeux !

Si tu regardes bien la relation FJ, la progression, l’avancement se fait dans la douleur, l’éclatement, le conflit et la séparation.

Réfléchis bien à cela, le parcours se fait dans la douleur, car ton mental qui est censé te protéger de la douleur et fera alors tout pour y échapper. Pour ce faire il lancera d’abord toutes les stratégies habituelles et connues (chez le Runner comme chez le Chaser).

Comme rien ne va vraiment marcher, car plus on tente de fuir plus on va souffrir, on se retrouvera alors dos au mur et alors arrivera le moment ou :

  • Le Chaser sera obligé d’utiliser sa dernière carte : le lâcher-prise.
  • Le Runner sera obligé d’utiliser sa dernière carte : se regarder en face et accepter sa vérité.

Et c’est là que chacun va vraiment « jumper ».

Finalement, les deux ont exactement le même travail à faire sur des sujets et directions différentes.

Quand le Chaser aura lâché prise sur la relation FJ et le Runner sur son Faux Self… il y aura un terrain propice à une réunion.

Maintenant, même si c’est au Chaser de travailler en premier, car il est « plus apte » au début de la relation, il n’en reste pas moins qu’une fois arrivé en complétude, c’est un parcours à deux…

Et donc, il peut se passer 3 semaines, 6 mois ou 3 ans avant que le Runner ne lâche prise sur son intériorité.

Mais à ce stade… Le Chaser s’en tape, car ayant lâché prise, il vit sa vie tranquillement avec ses buts et ses objectifs et quand le Runner sera prêt, s’il décide de revenir vers son Chaser, alors il reviendra changé !

Certaines réunions se font après 3 ans après la rencontre initiale FJ, d’autres 5 ans et d’autres… enfin t’ont compris.

Voici la vidéo sur la neurologie du Runner en 2 parties :

Et la partie 2 :

Durant le parcours flamme jumelle on est souvent désemparé et complètement déboussolé. Si tu veux te débarrasser de ce fardeau émotionnel, comprendre en détail ton parcours pour un mieux être immédiat et aller de l’avant clique ici.

Alexis

N'oublie pas d'utiliser ton discernement durant ta lecture. Ne nie pas tout en bloc mais n'accepte pas tout non plus.😎 Questionne, remet en cause, jauge, pondère, compare, analyse ce que tu lis afin de trouver ta vérité.

Il y a 13 commentaires Rejoignez la discussion

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Partagez
Tweetez
Partagez
Enregistrer